La miséricorde à la lumière des saints du Carmel- Thérèse d’Avila

    Editorial

 theresecompr__030423400_1101_18072011     Sainte Thérèse d’Avila, que l’Eglise nous donne comme maîtresse de vie spirituelle, est entrée dans le mystère de la miséricorde de Dieu. La miséricorde est au cœur de son expérience et de son message.
     Dans l’oraison, « relation d’amitié, où l’on s’entretient souvent seul à seul avec ce Dieu dont on se sait aimé »,  elle découvre l’action miséricordieuse de Dieu qui la relève de sa misère pour la conduire à partager sa propre vie.


Thérèse appellera le récit de sa vie : « le Livre des miséricordes de Dieu » . En relatant son itinéraire, son vécu, Thérèse nous livre son expérience de la miséricorde qui la sauve de ses dérives, de sa misère, de ses infidélités, qui lui pardonne et la renouvelle. 
(Dans tous ses Ecrits Thérèse chante la Miséricorde de Dieu. Dans ce feuillet nous nous limitons à recueillir quelques passages du  livre des miséricordes) 

« J’ai souvent pensé avec émerveillement à la grande bonté de Dieu et mon âme s’est réjouie en voyant sa magnificence et sa miséricorde infinie. Qu’Il soit béni pour ses bienfaits. » Vie ch.4 

« Seigneur, lorsque je vous quittais, vous ne me quittiez pas complètement, Vous, et pour me relever, toujours vous me tendiez la main ; souvent, Seigneur, je la repoussais et je refusais de comprendre que vous m’appeliez de nouveau. » Vie ch.6 

« Que n’aurais-je pas à raconter si je devais dire toutes les occasions dangereuses, dont le Seigneur m’éloignait durant cette époque de ma vie, et comment je retombais sans cesse !…  
Dans sa libéralité souveraine, il regardait non pas mes grands péchés, mais les désirs que je formais souvent de le servir et la peine que j’éprouvais de ne pas sentir en moi la force de les réaliser. » Vie ch. 7 

« Je vois clairement de quelle miséricorde le Seigneur a usé envers moi ….Si je me suis tant appesantie sur ces détails, c’est, je le répète, pour bien mettre en lumière la miséricorde de Dieu et mon ingratitude.
…malgré les fautes où tombe celui qui débute dans la vie d’oraison, il ne doit pas l’abandonner, l’oraison est le moyen qui lui servira à se relever. » Vie ch.8 

« La vue de l’amour que Dieu me portait, me donnait du courage ; et si j’ai désespéré très souvent de moi-même, je n’ai jamais perdu confiance en sa miséricorde….je me contentais de lui demander la grâce de ne plus l’offenser et de me pardonner mes grands péchés… C’était déjà à mon avis trop de bonté de sa part et vraiment trop de miséricorde, que de me supporter en sa présence et de m’attirer près de lui, car sans une telle sollicitude de sa part, je le voyais très bien, j’en serais restée éloignée. » Vie ch. 9 

« Il y a une âme qui Vous a offensé, non pas une fois seulement mais souvent,  et cette coupable c’est moi, … Sans doute, vous avez daigné en votre infinie bonté en tirer quelque bien ; et plus ma misère a été profonde, plus aussi elle fait resplendir le trésor incomparable de vos miséricordes. Et avec combien de raisons ne puis-je pas les chanter éternellement ! » Vie ch. 14

« La bonté de Dieu est plus grande que tout le mal que nous pouvons commettre. Considérez ce qu’il a fait pour moi qui me suis lassée de l’offenser avant que le Seigneur cesse de me pardonner. Jamais Il ne se fatigue de donner, on ne peut épuiser ses miséricordes, ne nous lassons donc pas de les recevoir. » Vie ch.19 

Thérèse de Jésus a toujours été une grande fervente du Christ, Il est l’incarnation de la miséricorde. 

« Ô Bien de tous les biens, ô mon Jésus, fortifiez vous-même mon âme…
D’où me sont venus tous les biens si ce n’est de Vous ?…
C’est par la très Sainte Humanité de Notre Seigneur que Dieu veut nous accorder des grâces…
C’est un très bon ami que le Christ, car nous voyons l’Homme en Lui, nous voyons ses faiblesses, ses épreuves, et Il nous tient compagnie ; si on en prend l’habitude, il nous est très facile de le trouver près de nous…  
C’est par ce Seigneur, qui est à nous, que nous viennent tous les biens… Contemplez sa vie c’est le meilleur modèle…
Chaque fois que nous pensons au Christ, rappelons-nous l’amour qu’Il nous a témoigné en nous accordant de si hautes faveurs, et la charité excessive de son Père qui le pousse à nous donner en Lui un tel gage de sa tendresse pour nous. » Vie ch. 22

« Je comprenais que s’il est Dieu, Il est homme aussi, qu’Il ne s’étonne point des faiblesses des hommes. Il sait que notre misérable nature est sujette à des chutes nombreuses par suite du premier péché qu’il est venu réparer. Je puis traiter avec lui, tout Seigneur qu’il est, comme avec un ami ». » Vie ch. 37

Paroles du Pape François  ( dans la Bulle  d’indiction du Jubilé de la Miséricorde.)

  « Nous avons toujours besoin de contempler le mystère de la miséricorde. Elle est source de joie, de sérénité et de paix…  La miséricorde, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme pour qu’il ouvre son cœur à l’espérance d’être aimé pour toujours, malgré les limites de notre péché … La miséricorde de Dieu n’est pas une idée abstraite, mais une réalité concrète à travers laquelle Il révèle son amour comme celui d’un père ou d’une mère qui se laissent émouvoir au plus profond d’eux-mêmes par leur fils. … La miséricorde est dans l’Ecriture le mot clé pour indiquer l’agir de Dieu envers nous. »

Résonance dans ma vie :

Thérèse n’a qu’un désir : nous entraîner à faire l’expérience de la miséricorde de Dieu ; Comment retentit en moi son témoignage ? Quel appel pour vivre concrètement le Jubilé de la Miséricorde ?

Prière

«  O bonté infinie de mon Dieu !….
Tu souffres en Ta présence celui que ta présence fatigue ! ….
O mon Maître ! De quelle bonté et de quelle patience,
tu uses envers lui !
Bon-Pasteur-5Tu attends qu’Il se fasse à ta manière d’être, et durant tout ce temps, Tu supportes la sienne !
Tu lui tiens compte, Seigneur, des rares moments
où il t’aime,
et au premier mouvement de repentir
tu oublies toutes ses offenses.

J’en ai fait bien clairement l’expérience ;
aussi je ne comprends pas, comment tout le monde
ne cherche pas
à s’approcher de toi par cette intime amitié …
En donnant la vie à notre âme, tu soutiens même la vie du corps et lui communiques de nouvelles forces. »
Vie ch. 8

Ce contenu a été publié dans La miséricorde à la lumière des saints du Carmel. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *