Exclamations 2,4,7 et 13

Editorial

 carmel    Un feuillet précédent nous a présenté les Exclamations de Thérèse : prières spontanées, liées à l’expérience de foi et d’amour, qui l’animaient.
Continuons avec elle ces prières dans quelques autres Exclamations.

Dans la 2ème  Exclamation, Thérèse exprime au Seigneur son désir de se reposer en sa compagnie et en même temps son vouloir d’œuvrer au bien spirituel de tant d’âmes qui ignorent ce bonheur.

 O mon Seigneur, je considère bien souvent, que si quelque chose peut aider l’âme à supporter la vie loin de vous, c’est la solitude,  parce qu’elle s’y repose près de Celui qui est son repos. Mais comme elle n’en jouit pas avec une entière liberté, le tourment redouble très fréquemment pour elle. Toutefois ce tourment ne lui semble que délices, quand elle compare à celui où elle est de traiter avec les créatures et de cesser  de s’entretenir seule à seul avec son Créateur…

Dieu, plus il comprend que ceux qui l’aiment sont nombreux, plus il s’enflamme, voilà pourquoi ses joies sont diminuées quand  il voit que toutes les âmes ne goûtent pas les  douceurs de ce trésor. O mon Bien, c’est là le motif, pour lequel au milieu des délices et de tous les contentements qu’elle trouve en vous, l’âme s’attriste à la pensée du grand nombre de ceux qui ne  veulent pas de ces Joies, et  de ceux qui en seront privés toute une  éternité. Elle cherche alors les moyens de vous procurer des amis ; et elle sacrifie volontiers sa tranquillité  personnelle, quand elle croit contribuer à ce que  d’autres recherchent ce bonheur dont elle jouit. ? 0 mon Jésus, comme il est grand 1’amour que vous portez aux enfants des hommes ! Le plus signalé service que l’on puisse vous rendre est de vous abandonner, par amour pour eux, et de travailler à leur bien spirituel. Et alors nous vous possédons d’une manière plus parfaite. Notre cœur, il est vrai, ressent moins la satisfaction de la jouissance, mais l’âme met son bonheur à vous contenter ; car elle le voit, les joies d’ici-bas, alors même qu’elles sembleraient venir de votre main, sont incertaines, tant que nous vivons sur cette misérable terre, si elles ne sont accompagnées de l’amour du prochain. Celui qui ne l’aime pas, ne vous aime pas, ô Seigneur, puisque, comme nous le voyons, vous montrez par l’effusion de tout votre sang l’amour si grand que vous portez aux enfants d’Adam.

 Dans la 4ème Exclamation, elle implore la grâce et la miséricorde de son Seigneur.

 Il me semble, Ô mon Seigneur, que mon âme trouve du repos en songeant à  la joie qui l’inondera, si par votre miséricorde elle obtient la grâce de vous posséder Mais elle voudrait tout d’abord vous servir, puisqu’elle doit jouir du bonheur que vous lui avez mérité en la  servant elle-même…. Est-ce que par hasard, ô Seigneur, il y aurait des limites à vos grandeurs et à la magnificence de vos œuvres, O mon Dieu et ma miséricorde, comme il vous serait facile de manifester aujourd’hui en votre servante des trésors de votre amour ! Vous êtes tout-puissant, ô grand Dieu !
Toute misérable que je suis, je crois fermement que vous pouvez tout ce que vous voulez ;  et plus les merveilles que j’entends dire de vous sont grandes, plus je considère que vous pouvez les surpasser encore, et par suite plus ma foi se fortifie, et plus je crois fermement que vous ferez ce que je  demande. Et pourquoi, m’étonnerai-je de ce que fait le Tout-Puissant ? Vous le savez, ô mon Dieu, malgré toutes mes misères, je n’ai jamais cessé de reconnaître  la grandeur de votre pouvoir et de votre miséricorde. En cela, je ne vous ai point offensé; ô Seigneur, que ce me soit un titre auprès de votre bonté ! Réparez donc, ô mon Dieu, le temps que j’ai perdu, et pour cela, donnez-moi votre grâce pour le présent et pour l’avenir, afin que je paraisse devant vous, revêtue de la robe nuptiale. Si vous le voulez, vous le pouvez.

 Dans la 7ème Exclamation elle exprime sa joie et sa confiance en Celui qui est Père, Fils et Esprit Saint et unit sa louange à celle du « Fils unique »

Ô mon espérance ! ô mon Père ! ô mon Créateur ! ô mon vrai Maître ! ô mon Frère ! quand je songe que vous avez dit que vos délices sont d’être avec les enfants des hommes, mon âme est dans la plus vive allégresse. O Seigneur du ciel et de la terre, quelles paroles que celles-là pour qu’aucun pécheur ne perde confiance… Quand votre divin Fils reçut le baptême, vous avez fait entendre cette parole que vous mettiez en lui vos complaisances. Mais Seigneur est- ce que nous devons lui être tous égaux ? Ô miséricorde sans bornes ! ô faveur si élevée  au-dessus de nos mérites ! Comment, nous mortels, oublions-nous tout cela ? Vous, ô mon Dieu, souvenez-vous de l’extrême misère où nous sommes, et jetez vos regards sur notre faiblesse, car vous savez tout.  

0 mon âme, considère avec quelle joie et quel amour le Père connaît son Fils, et le Fils connaît son Père ; contemple avec quelle ardeur le Saint Esprit s’unit à.eux, et comment aucune de ces trois Personnes ne peut se départir de cet amour ni de cette connaissance, parce qu’elles ne sont toutes les trois qu’une seule et même chose. Ces trois Personnes souveraines se connaissent, elles s’aiment et elles sont les unes pour les autres une source de délices. Quelle nécessité ont-elles donc de mon amour? Pourquoi. le désirez-vous, ô mon Dieu ? Quel intérêt vous en revient-il ? Oh ! Soyez béni, soyez béni, vous, ô mon Dieu, à jamais ! Que toutes les créatures célèbrent vos louanges, et que leurs louanges soient éternelles comme vous ! Réjouis-toi, ô mon âme, de ce qu’il y ait quelqu’un qui aime Dieu comme il mérite de l’être. Réjouis-toi de ce qu’il y ait quelqu’un qui connaisse sa bonté et sa puissance. Fais monter vers lui tes actions de grâce, de ce qu’il nous a donné ici-bas quelqu’un qui le connaît aussi parfaitement que le connaît son Fils unique. Avec  un tel soutien, tu pourras t’approcher de ton Dieu et lui présenter tes suppliques ; et puisque sa Majesté prend en toi ses délices, que toutes les créatures d’ici­-bas ne puissent jamais t’empêcher de mettre à ton tour tes délices et tes joies dans les grandeurs de ton  Dieu, en voyant combien il mérite notre amour et nos louanges. Demande-lui de t’aider afin que tu puisses contribuer quelque peu à ce que son nom soit béni et que tu puisses dire avec vérité : « Mon âme chante les grandeurs et célèbre les louanges du Seigneur. »

Dans la 13ème Exclamation, Thérèse s’adresse à tous ceux qui sont parvenus près de Dieu.

 O âmes, qui jouissez sans crainte de votre bonheur  et qui vivez toujours plongées dans les louanges de mon Dieu, que votre sort est heureux ! Que vous avez raison de ne pas discontinuer ces louanges ! Quelle envie vous porte, ô mon âme ! Vous êtes désormais affranchis de la douleur que me causent dans ces temps malheureux les offenses si graves faites à mon Dieu,… 0 bienheureuses âmes du ciel, venez au secours de notre misère. Intercédez pour nous auprès de la divine miséricorde afin qu’elle nous donne quelque part à votre félicité et à la claire connaissance dont vous jouissez… Obtenez-nous, ô âmes aimantes, de comprendre le bonheur dont vous êtes inondées, en voyant que votre félicité sera éternelle et les délices dont vous êtes enivrées par la certitude qu’un tel bonheur n’aura jamais de fin…. Ô mortels intéressés, qui recherchez vos goûts et vos plaisirs ! vous ne voulez pas attendre un peu de temps pour jouir d’une félicité infinie…
0 âmes bienheureuses, qui avez su si bien profiter de ce trésor précieux et acheter un héritage de délices éternelles, dites-nous comment vous vous en êtes servi pour acquérir le Bien si durable ! Daignez nous aider ; puisque vous êtes si près de la source, daignez y puiser de l’eau pour nous qui mourons de soif ici-bas.

 Parole pour aujourd’hui 

Quelle attention portons-nous aux besoins matériels et spirituels de nos frères ?
Qui portons-nous dans notre prière ?

Prière.

« Laissons-nous renouveler par la miséricorde de Dieu.photo_mail_le-principe-de-precaution
Laissons-nous aimer par Jésus,
Laissons la puissance de son amour
transformer aussi notre vie,
Devenons des instruments de cette miséricorde,
Des canaux à travers lesquels Dieu puisse irriguer la terre
Garder toute la création et faire fleurir
la justice et la paix  » 

Pape François

 

Ce contenu a été publié dans Autres écrits. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *