Les 7èmes Demeures ch.1-2

Editorial

Vitrail des Demeures CentreAprès les 11 chapitres des 6èmes Demeures, Thérèse nous décrit ce qu’elle a expérimenté 5 ans avant de prendre sa plume : « Cessera-t-on jamais de narrer ses miséricordes et ses grandeurs ? » 7° D.1,1.
Dans les chapitres 1 et 2 que nous lisons maintenant, elle nous parle des grandes grâces qui introduisent la personne au plus profond d’elle-même (ch.1) et qui, ensuite, lui permettent de vivre, une relation personnelle très forte, qu’elle appelle union ou mariage spirituel. (ch 2)

 Septièmes Demeures, ch. 1 et 2. (trad. M.Auclair)

 Ch.1,1. Peut-être, ai-je si longuement parlé de cette voie spirituelle qu’il ne semble y avoir rien d’autre à dire. Le croire serait une grande erreur; puisque la grandeur de Dieu est sans bornes, ses œuvres ne sauraient en avoir. Cessera-t-on jamais de narrer ses miséricordes et ses grandeurs ? C’est impossible… Il s’est montré fort miséricordieux en communiquant ces choses…afin que nous louions ses grandeurs d’autant plus que nous savons qu’il communique avec les créatures, et nous nous efforcerons de ne pas mésestimer les âmes en qui le Seigneur se complaît. Nous avons tous une âme, mais nous ne l’apprécions pas comme le mérite une créature faite à l’image de Dieu, nous ne comprenons donc pas les grands secrets qui sont en elle. Plaise à Sa Majesté, si Elle le veut, de diriger ma plume, et de m’aider à vous parler un peu de tout ce qu’il y a à dire; Dieu le fait comprendre à ceux qu’il introduit dans cette Demeure…mon intention est de faire en sorte que ses miséricordes ne restent pas cachées, afin que son nom soit mieux loué et glorifié.

1,2. J’ai l’espoir que Dieu me fera cette faveur, pour l’amour de vous, … pour que votre Époux ne manque pas de célébrer ce mariage spirituel avec vos âmes, puisqu’il entraîne tous les bienfaits que nous verrons.

1,3. Quand Notre-Seigneur consent à prendre en pitié cette âme qui a souffert et souffre de désir et qu’il a déjà prise spirituellement pour épouse, avant la consommation du mariage spirituel,  il l’introduit dans sa Demeure qui est cette Septième; de même qu’il a une demeure au ciel, il doit trouver dans l’âme une chambre où Sa Majesté habite seule : nous pouvons dire un autre ciel…

1,5…nous parlons en ce moment, à celles qui, par la miséricorde de Dieu, ont fait pénitence de leurs péchés et qui sont en état de grâce puis- qu’il y a en elles une demeure pour Dieu. Quand il plaît à Sa Majesté de lui accorder la faveur de ce mariage divin, Elle commence par l’introduire dans Sa demeure … Peu importe, d’une manière ou d’une autre, le Seigneur l’unit à lui; mais c’est en la rendant aveugle et  muette, comme ce fut le cas pour saint Paul lors de sa conversion (Ac 9,8), et en lui retirant la faculté de sentir ce qu’est cette faveur, et comment elle en jouit: car la grande délectation de cette âme est de se voir tout près de Dieu …

1,6 Ici, il en est autrement. Notre Dieu, maintenant, veut faire tomber les écailles de ses yeux; pour lui faire voir et comprendre quelque chose de la faveur qu’il lui fait … introduite dans cette Demeure par une vision intellectuelle, on lui montre, par une sorte de représentation de la vérité, la Très Sainte Trinité, toutes les trois personnes, dans un embrasement qui s’empare d’abord de son esprit à la manière d’une nuée d’immense clarté; et de ces personnes distinctes, par une intuition admirable de l’âme, elle comprend l’immense vérité; toutes les trois personnes sont une substance, un pouvoir, une science, et un seul Dieu. Ce que nous croyons par un acte de foi, l’âme, donc, le saisit ici, on peut le dire, de ses yeux, sans qu’il s’agisse toutefois des yeux du corps ni des yeux de l’âme, car ce n’est pas une vision imaginaire. Ici, les trois personnes se communiquent à elle, elles lui parlent, elles lui font comprendre ces paroles du Seigneur que rapporte l’Évangile: qu’il viendrait, Lui, et le Père, et le Saint-Esprit, demeurer avec l’âme qui l’aime et qui observe ses commandements (Jn 14,23).

1,7.  Ô grand Dieu ! Qu’il est donc différent d’entendre ces paroles, de les croire, ou de comprendre de cette manière-là combien elles sont vraies! L’âme s’en étonne chaque jour davantage, car il lui semble que les Trois Personnes ne l’ont jamais quittée, elle les voit, manifestement, à l’intérieur de son âme; au très intime d’elle-même …

1,8.  Et bien mieux que naguère, en tout ce qui touche au service de Dieu, ou lorsqu’elle n’a pas d’occupation, elle vit dans cette agréable compagnie; et si cette âme ne fait pas défaut à Dieu, jamais il ne manquera, de lui faire discerner très clairement sa présence …

1,9. Cette présence dans laquelle elle vit, comprenez-le, n’est pas aussi totalement manifestée, je précise, aussi clairement, que la première fois, et certain nombre d’autres, où Dieu voulut lui faire ce don ; s’il en était ainsi, il lui serait impossible de s’occuper de quoi que ce soit, et même de vivre au milieu des gens ; mais bien que cette présence ne s’accompagne pas d’une lumière aussi claire, elle constate toujours qu’elle se trouve en cette compagnie…(Pour que cette lumière revienne), il faut que Notre-Seigneur consente à ouvrir la fenêtre de l’entendement ; il témoigne d’une grande miséricorde en lui permettant de comprendre si clairement qu’il ne la quitte jamais.

 Ch.2, 1. Venons-en donc à parler du mariage spirituel et divin, bien que cette haute faveur ne doive pas atteindre à sa perfection de notre vivant, puisque nous perdrions cet immense bienfait si nous nous écartions de Dieu. La première fois que Sa Majesté accorde cette faveur par une vision imaginaire, Elle veut montrer à l’âme sa très Sainte Humanité pour qu’elle en ait la pleine connaissance et n’ignore rien du don souverain qu’elle reçoit. A d’autres personnes, le Seigneur pourra se présenter sous une autre forme; à celle dont nous parlons, alors qu’elle venait de communier, il apparut, dans la splendeur, la beauté, la majesté qu’on lui vit après sa résurrection; Il lui dit qu’il était temps qu’elle s’occupe de ses affaires à lui, qu’il s’occuperait des siennes, et d’autres paroles… (Relations, chap. 35).

2,2. Comprenez-le, la différence est immense…entre les fiançailles spirituelles et le mariage spirituel, il y a la même différence qu’entre l’état de deux fiancés et celui de ceux qui ne pourront désormais se séparer.

2,3… dans le mariage spirituel; cette union secrète s’accomplit au centre le plus profond de l’âme où doit se tenir Dieu lui-même, et il n’a pas besoin de porte pour y entrer… le Seigneur apparaît en ce centre de l’âme non pas dans une vision imaginaire, (comme dans la vision de la sainte Humanité du Christ, par le moyen des sens et des puissances) mais intellectuelle … il apparut ainsi aux Apôtres, sans entrer par la porte, quand il leur dit: «Paix sur vous» (Lc 24,35). Ce que Dieu communique alors à l’âme en un instant est un si grand mystère, une faveur si haute, … l’esprit de cette âme, ne fait plus qu’un avec Dieu…pour que nous louions sa grandeur; Dieu a tenu à s’unir à la créature si intimement que comme ceux qui ne peuvent désormais se séparer, Il ne veut pas se séparer d’elle.

2,4. Il en est autrement des fiançailles spirituelles, car souvent les fiancés se séparent…cette faveur du Seigneur passe vite, l’âme ensuite est privée de cette compagnie, c’est-à-dire qu’elle ne la perçoit plus. Dans cette autre faveur du Seigneur, (le mariage spirituel), l’âme demeure en ce centre avec son Dieu. On peut comparer cette union à deux cierges de cire qui s’uniraient si étroitement que leurs lumières ne feraient qu’une…

2,5. C’est peut-être ce que dit saint Paul à propos de ce sublime mariage, «Celui qui s’unit au Seigneur ne fait qu’un esprit avec Lui» (Cor 6,17). Il dit aussi: « Le Christ est ma vie et la mort m’est un gain » (Ph 1,21); …c’est là que le petit papillon dont nous avons parlé meurt dans une immense joie, puisque sa vie est déjà le Christ.

2,6. On discerne mieux cette faveur, le temps aidant, par ses effets

2,9… lorsque le Seigneur a introduit l’âme dans Sa demeure, qui est le centre de l’âme elle-même,…tout mouvement cesse en elle; ni les puissances, ni l’imagi-nation, ne peuvent …lui enlever la paix… elle a le vif désir de Le servir…

2,10…il ne faut pas croire que les puissances, et les sens, et les passions, jouissent toujours de cette paix; l’âme, oui. Dans les autres Demeures, il est des combats, des moments d’épreuves et de fatigue, mais à l’ordinaire cela ne lui ôte ni sa paix, ni sa place. Ce centre de notre âme, ou cet esprit, est chose si difficile à décrire…d’y croire… car il est difficile de dire qu’il y a là des épreuves et des peines, mais que l’âme reste en paix

2,11.Pensez ce que vous voudrez: tout ce que j’ai dit est la vérité.

 Parole pour aujourd’hui

 Thérèse s’adresse à chacun(e) de nous. « Tous appelés à la sainteté », c’est le thème central de Vatican II. C’est le mystère de Dieu en l’homme, tel que Jésus nous le révèle dans l’Evangile : « Demeurez en moi et moi en vous » Jn 15,4-7, « Si quelqu’un m’aime…nous viendrons à lui et nous ferons chez lui notre demeure » Jn 14,23.
 – Comment réagis-tu à la lecture des commentaires qu’en fait sainte Thérèse ?

 Prière.
icone triniteO mon Dieu, Trinité que j’adore, aidez- moi
à m’oublier entièrement pour m’établir en vous,…
Que rien ne puisse troubler ma paix, …        
Que chaque minute m’emporte plus loin
dans la profondeur de votre Mystère.
Pacifiez mon âme, faites-en votre ciel,
votre demeure aimée et le lieu de votre repos.
Que je ne vous y laisse jamais seul,
mais que je sois là tout entière,
tout éveillée en ma foi, tout adorante,
toute livrée à votre Action créatrice.

( Prière d’Elisabeth de la Trinité,
fille spirituelle de sainte Thérèse-carmel de Dijon)
Ce contenu a été publié dans Le livre des Demeures, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *