Les 6 émes Demeures, ch 7 à 11

Christ PantocratorEditorial

Dans les chapitres 7 à 9 des sixièmes Demeures l’Humanité de Jésus va occuper une place privilégiée. Jésus est le fiancé qui surprend et comble sa fiancée de nouvelles expériences.
Celle-ci, pour sa part, fortifiée par l’expérience de l’amour au plus intime de son âme, se lance à corps perdu dans une vie humble, simple, serviable, heureuse, voulant au mieux correspondre à la proximité de Dieu.

Alors que l’âme ne songe pas qu’on puisse lui accorder cette faveur que jamais elle n’a pensé mériter, il lui arrive de sentir près d’elle Jésus-Christ Notre-Seigneur, sans toutefois le voir ni des yeux du corps ni de ceux de l’âme…. 6 D 8, 2

… Cette faveur apporte une connaissance particulière de Dieu, il naît de cette compagnie constante un amour infiniment tendre pour Sa Majesté, et, comparé à ce que j’ai déjà dit, le désir encore plus vif de se consacrer tout entière à la servir, joint à une grande limpidité de conscience; cette présence auprès d’elle rend l’âme attentive. Car bien que nous sachions que Dieu voit tout ce que nous faisons, notre nature est telle que nous négligeons d’y penser: l’âme dont nous parlons ne peut le négliger, le Seigneur qui est auprès d’elle la tient en éveil. … 6 D 8, 4

Enfin, l’âme reconnaît aux profits qu’elle obtient l’immensité de cette grâce et son très grand prix, elle est reconnaissante au Seigneur qui la lui accorde alors qu’elle ne la mérite point, et elle ne l’échangerait contre aucun trésor ni délice du monde. 6 D 8, 5

            Il en est de même quand Notre-Seigneur consent à mieux choyer cette âme, il lui montre clairement son Humanité Sacrée sous un aspect de son choix, soit tel qu’il fut dans le monde, ou après sa résurrection. Et bien que cela se produise à une vitesse que nous pourrions comparer à celle de l’éclair, cette image suprêmement glorieuse se grave si profondément dans l’imagination que j’estime impossible qu’elle s’efface, jusqu’à ce que cette âme la voie dans le séjour où elle pourra en jouir a jamais. 6 D 9, 3

            Je dis image, mais il s’entend que la personne qui la voit n’a pas le sentiment qu’elle est peinte, mais vraiment vivante; et parfois, elle parle à l’âme, elle lui révèle même de grands secrets. 6 D 9, 4

            Enfin, mes sœurs, … et croyez-moi, le plus sûr est de ne vouloir que ce que Dieu veut, il nous connaît mieux que nous ne nous connaissons nous-mêmes, et il nous aime. Remettons-nous entre ses mains pour que sa volonté s’accomplisse en nous; nous ne pourrons errer, si nous nous en tenons toujours là avec une volonté bien déterminée. Vous devez remarquer que du fait de recevoir un grand nombre de ces faveurs on n’en mérite pas mieux le ciel, on est plutôt obligé à servir d’autant plus qu’on reçoit davantage. 6 D 9, 16

            Dans les chapitres 10 et 11, Thérèse considère comme une grâce spéciale d’accéder à un niveau de connaissance plus profond, où la personne découvre que toute chose a son sens fondamental en Dieu et elle nous montre combien nous sommes déraisonnables de l’offenser ainsi, alors même que nous sommes en Lui.

           Considérons donc que Dieu est comme une demeure, ou comme un palais, très grand et très beau, et que ce palais, comme je le dis, est Dieu lui-même. Le pécheur peut-il, d’aventure, pour se livrer à ses malignités, s’éloigner de ce palais? Non, certes; c’est-à-dire que dans le palais même, en Dieu lui-même, se donnent cours les malhonnêtetés et méchancetés que nous commettons, nous, pécheurs. ….Considérons, mes sœurs, la grande miséricorde et la patience dont Dieu fait preuve en ne nous confondant pas sur-le-champ; rendons-lui d’immenses grâces…    6°D.10,3

 

Elle évoque une autre grâce de Dieu : ‘il se montre lui-même, de façon inattendue, comme étant la vérité’, et fait comprendre que toute vérité humaine n’a sa source qu’en Lui. Elle fait le lien entre l’humilité et la vérité

     Un jour où je me demandais pour quelle raison Notre-Seigneur aime tant cette vertu d’humilité,… soudain, il me parut évident : Dieu est la suprême Vérité, et l’humilité, c’est être dans la vérité.  Et voici une fort grande vérité : nous n’avons de nous-mêmes rien de bon, … Plus on le comprend, plus on est agréable à la suprême Vérité, car on vit en elle. Plaise à Dieu, mes sœurs, de nous faire la grâce de ne jamais nous écarter de cette connaissance de nous-mêmes. 6D 10, 7


Pour conclure ces sixièmes demeures, Thérèse va nous offrir un chapitre génial. L’Epoux va de nouveau faire un présent à l’épouse : des désirs impossibles à obtenir: le posséder. La force de l’amour va purifier la moindre trace d’égoïsme qui pourrait ternir l’amour si bien enraciné, si calme, si solide du mariage spirituel.

Bien que l’âme reçoive ces faveurs depuis de longues années, elle ne cesse de gémir et de pleurer, chacune d’elles accroît son chagrin. La cause en est qu’à mesure qu’elle connaît mieux les grandeurs de son Dieu, qu’elle se voit séparée de lui, et fort éloignée d’en jouir, son désir s’accroît d’autant; son amour grandit aussi à mesure qu’on lui découvre combien ce grand Dieu et Seigneur mérite d’être aimé (6°D.11/1).

            C’est chose pénible, mais elle produit dans l’âme d’immenses effets; ainsi l’âme cesse de craindre les épreuves possibles; comparées à ses vives souffrances, cela ne lui semble plus rien. Elle a tant progressé qu’elle voudrait les subir souvent. …. elle est d’autant plus détachée des créatures qu’elle voit que son Créateur est seul à pouvoir la consoler et combler son âme; enfin, elle vit dans une plus grande crainte, un plus grand souci de ne pas l’offenser, sachant qu’il peut aussi bien tourmenter que consoler. (6°D.11/10).

Parole pour aujourd’hui

« Il naît de cette compagnie constante un amour infiniment tendre pour Sa Majesté. »

Jésus est-il le vrai compagnon de ma vie ?
Il est toujours présent en moi et moi suis-je présente à Lui ?
Quel temps je consacre à cette relation d’amour avec Lui ?
Est-ce que je le laisse être Dieu pour moi ? 

« Dieu est la suprême Vérité, et l’humilité, c’est être dans la vérité. »

Ma relation à Dieu et aux autres est-elle située dans l’humilité et la vérité ?

Prière à Thérèse

Apprends-moi à trouver Dieu présent en moi.
Apprends-moi à poser ce regard de foi, d’espérance et d’amour qui me fera voir au delà du voile des apparences que je suis réellement « Temple de Dieu »
Aide-moi à ouvrir mon cœur au souffle de l’Esprit pour qu’il prie en moi Abba, Père
Apprends-moi à faire oraison. Chaque jour, fidèlement,  prendre du temps, comme un rendez-vous d’amour, gratuitement seule avec Jésus.coquelicot 3
Apprends-moi à simplement me laisser regarder par Jésus,  me laisser aimer,
laisser Jésus prononcer mon nom avec amour.
Apprends-moi à mettre de l’amour dans chacun de mes actes
Apprends-moi à être comme un petit tournesol qui se tourne toujours vers le soleil de ma vie : Jésus.
Oui, apprends-moi…

 

Ce contenu a été publié dans Le livre des Demeures, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *