Thérèse de Lisieux et la mission (2)

Thérèse de Lisieux (2)

En Octobre1896, Mère Marie de Gonzague, Prieure du Carmel, confie à Sœur Thérèse de l’Enfant Jésus la mission de répondre à Maurice Bellière, séminariste, qui lui avait envoyé un message désespéré. Pendant sa dernière année, Thérèse l’accompagnera et lui procurera un soutien fraternel.

…Lorsque Jésus appelle une âme à diriger, à sauver des multitudes d’autres âmes, il est bien nécessaire qu’il lui fasse expérimenter les tentations et les épreuves de la vie. (Jc 1,12) Puisqu’il vous a accordé la grâce de sortir victorieux de la lutte, j’espère, Monsieur l’Abbé, que Notre doux Jésus réalisera vos grands désirs. Je lui demande que vous soyez, non pas seulement un bon missionnaire mais un saint tout embrasé de l’amour de Dieu et des âmes; je vous supplie de m’obtenir aussi cet amour afin que je puisse vous aider dans votre oeuvre apostolique.

Vous le savez, une carmélite qui ne serait pas apôtre s’éloignerait du but de sa vocation et cesserait d’être fille de la Séraphique Sainte Thérèse qui désirait donner mille vies pour sauver une seule âme. LT 198 21Octobre 96

Je vous assure, Monsieur l’Abbé, que je fais tout ce qui dépend de moi pour vous obtenir les grâces qui vous sont nécessaires, ces grâces certainement vous seront accordées puisque Notre Seigneur ne nous demande jamais de sacrifices au-dessus de nos forces! Parfois, il est vrai, ce divin Sauveur nous fait sentir toute l’amertume du calice qu’il présente à notre âme. Lorsqu’il demande le sacrifice de tout ce qui est le plus cher en ce monde, il est impossible à moins d’une grâce toute particulière de ne pas s’écrier comme Lui au jardin de l’agonie: “ Mon Père, que ce calice s’éloigne de moi… cependant que votre volonté soit faite et non la mienne. ” (Lc 22,42) Il est bien consolant de penser que Jésus, le Dieu Fort, 2 Is 9,5 a connu nos faiblesses, qu’il a tremblé à la vue du calice amer, ce calice qu’autrefois il avait si ardemment désiré de boire… Lc 22,15

Monsieur l’Abbé, votre part est vraiment belle puisque Notre Seigneur l’a choisie pour Lui et que le premier il a trempé ses lèvres à la coupe qu’il vous présente. Mt 20,23 Un Saint l’a dit: Le plus grand honneur que Dieu puisse faire à une âme, ce n’est pas de lui donner beaucoup, c’est de lui demander beaucoup! Jésus vous traite donc en privilégié. Il veut que déjà vous commenciez votre mission et que par la souffrance vous sauviez les âmes. N’est-ce pas en souffrant, en mourant que Lui-même a racheté le monde?… Je sais que vous aspirez au bonheur de sacrifier votre vie pour le divin Maître, mais le martyre du coeur n’est pas moins fécond que l’effusion du sang et dès maintenant ce martyre est le vôtre; j’ai donc bien raison de dire que votre part est belle, qu’elle est digne d’un apôtre du Christ. Travaillons ensemble au salut des âmes, nous n’avons que l’unique jour de cette vie pour les sauver et donner ainsi au Seigneur des preuves de notre amour. Le lendemain de ce jour sera l’éternité, alors Jésus vous rendra au centuple Mt 19,29 les joies si douces et si légitimes que vous lui sacrifiez, il connaît l’étendue de votre sacrifice, il sait que la souffrance de ceux qui vous sont chers augmente encore la vôtre mais Lui aussi a souffert ce martyre; pour sauver nos âmes il a quitté sa Mère, il a vu la Vierge Immaculée, debout au pied de la croix, Jn 19,25 le Coeur transpercé d’un glaive de douleur, Lc 2,35 aussi j’espère que notre Divin Sauveur consolera votre bonne Mère, et je le lui demande instamment. J’espère, Monsieur l’Abbé, que vous voudrez bien (2v ) continuer de prier pour moi qui ne suis pas un ange comme vous paraissez le croire, mais une pauvre petite carmélite bien imparfaite et qui cependant malgré sa pauvreté a comme vous le désir de travailler pour la gloire du Bon Dieu. Restons unis par la prière et la souffrance près de la crèche de Jésus…LT 213, 26 Décembre 1896. .

…je constate simplement que Jésus m’a choisie pour être la soeur d’un de ses apôtres et les paroles que la sainte Amante de son Coeur lui adressait par humilité, je les lui répète, moi, en toute vérité; aussi j’espère que ses richesses infinies suppléeront à tout ce qui me manque pour accomplir l’oeuvre qu’Il me confie…. Puisque le Seigneur semble ne vouloir m’accorder que le martyre de l’amour, j’espère qu’Il me permettra par vous de cueillir l’autre palme que nous ambitionnons. …j’entendis au fond de mon âme une voix plus douce, plus forte encore, celle de l’époux des vierges qui m’appelait à d’autres exploits, à des conquêtes plus glorieuses et dans la solitude du Carmel j’ai compris que ma mission n’était pas de faire couronner un roi mortel mais de faire aimer le Roi du Ciel, de lui soumettre le royaume des coeurs…LT 224 25 Avril 1897 .

….quand vous le recevrez(ce mot) j’aurai quitté l’exil… Pour jamais votre petite soeur sera unie son Jésus, c’est alors qu’elle pourra vous obtenir des grâces et voler avec vous dans les missions lointaines. Cher petit Frère, au moment de paraître devant le bon Dieu, je comprends plus que jamais qu’il n’y a qu’une chose nécessaire, c’est de travailler uniquement pour Lui et de ne rien dire pour soi ni pour les autres. Je voudrais vous dire mon cher petit Frère, mille choses que je comprends étant à la porte de l’éternité, mais je ne meurs pas, j’entre dans la vie et tout ce que je ne puis vous dire ici-bas, je vous le ferai comprendre du haut des Cieux… LT 244 9 Juin 1897…

Mon Frère, vous voyez que si je quitte déjà le champ de bataille, ce n’est pas avec le désir égoïste de me reposer, la pensée de la béatitude éternelle fait à peine tressaillir mon coeur, depuis longtemps la souffrance est devenue mon Ciel ici-bas et j’ai vraiment du mal à concevoir comment je pourrai m’acclimater dans un Pays où la joie règne sans aucun mélange de tristesse. Il faudra que Jésus transforme mon âme et lui donne la capacité de jouir, autrement je ne pourrai supporter les délices éternelles. Ce qui m’attire vers la Patrie des Cieux, c’est l’appel du Seigneur, c’est l’espoir de l’aimer enfin comme je l’ai tant désiré et la pensée que je pourrai le faire aimer d’une multitude d’âmes qui le béniront éternellement. LT 254 14 juillet 1897

 

Prière

Seigneur, de ta beauté mon âme s’est éprise
Je veux te prodiguer mes parfums et mes fleurs
En les jetant pour toi sur l’aile de la brise
Je voudrais enflammer les coeurs!
Jeter des Fleurs, Jésus, voilà mon arme
Lorsque je veux lutter pour sauver les pécheurs
La victoire est à moi…. toujours je te désarme
Avec mes fleurs!!!… PN34

 

Orientation de vie

Offrir chaque matin notre vie par amour pour que le Seigneur soit annoncé jusqu’aux extrémités du monde.

 

Ce contenu a été publié dans Les saints et la mission, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *