Elisabeth de la trinité et la mission(1)

Elisabeth de la trinité (1)

Au long de ce numéro de Carmel Source de Vie, c’est Elisabeth de la Trinité qui nous fait découvrir de quelle manière elle a vécu la mission. Toute sa vie et sa prière de carmélite ont été habitées par ce désir profond de transmettre la vie reçue de Dieu.

Oh ! Qu’il est bon, qu’Il est beau, je voudrais être silencieuse, tout adorante afin de pénétrer toujours plus en Lui et d’en être si pleine que je puisse le donner par la prière à ces pauvres âmes ignorantes du don de Dieu L 131.

Priez aussi notre séraphique Mère Ste Thérèse, elle a tant aimé, elle est morte d’amour ! Demandez lui sa passion pour Dieu, pour les âmes, car la carmélite doit être apostolique, toutes ses prières, tous ses sacrifices tendent à cela. L 136

Dans la mesure où nous aurons abondamment la vie divine, nous pourrons la communiquer dans le grand corps de l’Eglise. L 191

J’envisage ma vie de carmélite sous cette double vocation : “ Vierge mère ”. Vierge : épousée en la foi par le Christ ; mère : sauvant les âmes, multipliant les adoptés du Père, les cohéritiers de Jésus Christ. L 199

Il est si bon… on dirait qu’il n’a à penser qu’à moi, à aimer que moi, tant il se donne à mon âme mais c’est pour qu’à mon tour, je me livre à lui pour son Eglise et tous ses intérêts, pour que j’aie soin de son honneur comme ma sainte Mère Thérèse. L 275

Etre épouse, c’est, en le fixant toujours du regard, surprendre le moindre signe et le moindre désir ; c’est entrer en toutes ses joies, partager toutes ses tristesses. C’est être féconde, co-rédemptrice, enfanter les âmes à la grâce, multiplier les adoptés du Père, les rachetés du Christ, les cohéritiers de sa gloire. Etre épouse, épouse du Carmel, c’est avoir le cœur brûlé d’Elie, le cœur transpercé de Thérèse, sa véritable épouse, parce qu’elle zèle son honneur. N I 13

La carmélite est une âme envahie, pleine de Dieu pour le donner toujours. La carmélite est une âme adorante toute livrée à l’action de Dieu, à travers tout, grande communiante, le cœur en haut et le ciel plein les yeux ! Elle a trouvé l’Unique nécessaire, l’Etre divin, lumière et charité. Enveloppant le monde en sa prière, voici qu’elle est apôtre en vérité. P 83

Maison de Dieu, en moi j’ai la prière de Jésus Christ, le divin adorant. Elle m’emporte aux âmes et au Père , puisque c’est là son double mouvement. Etre sauveur avec mon Maître, c’est encore ma mission. Pour cela je dois disparaître, me perdre en lui par l’union. P 88

 

Dans son entourage il existe de nombreux prêtres qu’elle soutient de sa prière, elle va jusqu’à se nommer le vicaire du vicaire de Meursault !

Je veux être apôtre avec vous, du fond de ma chère solitude du Carmel, je veux travailler pour la gloire de Dieu et pour cela il faut que je sois toute pleine de lui ; alors j’aurai toute puissance : un regard, un désir deviennent une prière irrésistible qui peut tout obtenir ; puisque c’est pour ainsi dire Dieu qui l’offre à Dieu. Que nos âmes n’en fassent qu’une en Lui et tandis que vous le porterez aux âmes, je resterai comme Madeleine silencieuse et adorante auprès du Maître, lui demandant qu’Il rende votre parole féconde dans les âmes. Apôtre, carmélite, c’est tout un ! L 124

Ne trouvez-vous pas que dans l’action, alors qu’on remplit l’office de Marthe, l’âme peut toujours demeurer toute adorante, ensevelie comme Madeleine en sa contemplation, se tenant à cette source comme une affamée et c’est ainsi que je comprends l’apostolat pour la carmélite comme pour le prêtre. Alors l’un et l’autre peuvent rayonner Dieu, le donner aux âmes s’ils se tiennent sans cesse à ces sources divines. L 158

Lorsque tu verras monsieur le Curé, offre lui mes respects, dis lui que je prie pour sa paroisse, que je n’oublie pas que je suis son vicaire. L 209

 

Prière

O Feu consumant, Esprit d’amour, “survenez en moi”, afin qu’il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe : que je Lui sois une humanité de surcroît en laquelle il renouvelle tout son Mystère. Et vous, ô Père, penchez-vous vers votre pauvre petite créature, “couvrez-la de votre ombre”, ne voyez en elle que le “Bien-Aimé en lequel vous avez mis toutes vos complaisances”.

 

Orientation de vie

Avec Elisabeth, soyons brûlés du désir de transmettre la vie reçue de Dieu, cherchons davantage à le connaître et à l’aimer pour le laisser transparaître à travers nous.

 

 

Ce contenu a été publié dans Les saints et la mission, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *