L’Amitié

Élisabeth et l’Amitié

Elisabeth toute donnée à Dieu a toujours été tournée vers les autres. Sa correspondance du Carmel en est la meilleure preuve. Du fond de sa clôture elle garde contact avec ses nombreux amis. Plus encore elle se fait étonnamment proche. Ainsi deux jours après son entrée au Carmel elle écrit à Françoise de Surdon (15 ans)

“ Tous ceux que j’ai quittés, je les retrouve près de Lui (Dieu). Ah! comme je lui confie ma petite Framboise ! Je serai toujours ta petite mère, rien ne sera changé entre nous, n’est-ce pas ? Tu peux te dire que les grilles ne seront point une séparation et que je te garderai toujours ta place en mon cœur ”. L.84

 

A la même correspondante :

“ Au Carmel le cœur se dilate et il sait plus aimer encore ! ” L.87

Son amitié fidèle est forte et elle n’hésite pas à “ sermonner ” sa correspondante.

“ Je vois que ma Framboise ne se convertit guère. Je t’assure que cela me fait de la peine. Autrefois je te passais ces colères mais maintenant tu n’es plus un bébé et ces scènes sont ridicules. Vois-tu ma chérie, tu as ma nature, je sais ce que tu peux faire. Ah ! Si tu savais ce que c’est bon d’aimer le bon Dieu et de Lui donner tout ce qu’Il demande.” L.78

 

D’une façon naturelle Elisabeth, dans toute sa correspondance, partage ce qui l’habite,. Elle a conscience que ce qui la fait vivre en profondeur peut aider ses amis, quelle que soit leur vocation.

“ Chère madame, vivons avec Dieu comme avec un ami, rendons notre foi vivante pour communier à Lui à travers tout, c’est ce qui fait les saints. Il me semble que j’ai trouvé mon ciel sur la terre puisque le ciel c’est Dieu, et Dieu, c’est mon âme. Le jour où j’ai compris cela, tout s’est illuminé en moi et je voudrais dire ce secret tout bas à ceux que j’aime afin qu’eux aussi, à travers tout, adhèrent toujours à Dieu et que se réalise cette prière du Christ : “ Père, qu’ils soient consommés en l’Un ”. L. 122

“ Il faut que tu te bâtisses comme moi une petite cellule au-dedans de ton âme, tu penseras que le bon Dieu est là et tu y entreras de temps en temps.” L.123

“ Nous avons eu une retraite si belle, si profonde, si divine…Le Père Vallée nous a parlé tout le temps de Jésus-Christ et j’aurais voulu vous avoir tout près de moi pour que votre âme soit emportée avec la mienne. Chère Madame, à travers tout, communions tout le temps à ce Verbe incarné, à Jésus qui demeure en nous et qui veut nous dire tout le Mystère. Il est toujours vivant, toujours à l’œuvre en notre âme; laissons-nous bâtir par Lui et qu’Il soit l’Ame de notre âme, la Vie de notre vie, pour que nous puissions dire avec saint Paul : Vivre, pour moi c’est Jésus-Christ.” L.145

“ Si vous saviez comme Il vous aime et vous veut tout près de Lui, vivez en son intimité. Il est l’Ami qui veut être aimé par-dessus tout. Il nous a tant aimés qu’Il est venu parmi nous et cette année voici qu’Il vous confie un petit ange pour que vous lui appreniez à Le connaître, à l’aimer…Chère petite maman, voilà votre mission ”. L.186

 

Quelques jours avant de mourir Elisabeth écrit ceci : “L’heure approche où je vais passer de ce monde à mon Père et avant de partir je veux vous envoyer un mot de mon cœur, un testament de mon âme. Je vous en prie, oh ! marquez tout avec le sceau de l’amour ! Il n’y a que cela qui demeure. Mon Antoinette aimée, je vous laisse ma foi en la présence de Dieu, du Dieu tout Amour habitant en nos âmes. Je vous le confie : c’est cette intimité avec lui “au-dedans” qui a été le beau soleil irradiant ma vie.” L.333

 

Etonnante cette dernière lettre adressée à Charles Hallo, ami d’enfance : “ Avant de s’en aller au ciel, ton Elisabeth tient à te dire encore une fois toute son affection et son projet de t’assister, jour par jour, jusqu’à ce que tu la rejoignes au ciel. Tu auras des luttes à soutenir, mon petit frère, tu rencontreras des obstacles au chemin de la vie, mais ne te décourage pas, appelle-moi; oui, appelle ta petite sœur, tu augmenteras ainsi le bonheur de son ciel; elle sera si heureuse de t’aider à triompher, à rester digne de Dieu, de ton vénéré père, de ta mère dont tu dois faire la joie.” L.342

 

Prière

Chère petite sœur, sais tu bien ta richesse ?
As-tu jamais sondé l’abîme de l’Amour ?
Je viens te révéler l’immuable tendresse
qui plane sur ton âme et la nuit et le jour…
Voici que l’Esprit Saint te choisit pour son temple…
Sous sa touche divine,oh, demeure en silence
pour qu’Il imprime en toi l’image du Sauveur…
Crois toujours à l’Amour malgré tout ce qui passe
Si Dieu semble dormir au centre de ton cœur,
ne le réveille pas car c’est une autre grâce
qu’Il te ménage encore, ô ma petite sœur.
P 106

 

Orientation de vie

«Je ne vous appelle plus serviteurs,
je vous appelle amis
parce que tout ce que j’ai entendu auprès de mon Père,
je vous l’ai fait connaître.» (Evangile de Jean15,15)

Dieu nous appelle ses amis,
vivons à chaque instant
avec Lui comme avec un ami.

 

 

Ce contenu a été publié dans Écrits d'Élisabeth de la Trinité, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *