Thérèse et l’amour de Dieu

Thérèse et l’Amour miséricordieux

Janvier 1695 – Thérèse rédige l’histoire printanière d’une petite Fleur blanche. Elle confie ainsi l’histoire de son âme à Mère Agnès qui lui a demandé de relater ses souvenirs d’enfance.

… “ Je ne vais faire qu’une seule chose : commencer à chanter ce que je dois redire éternellement « Les miséricordes du Seigneur” …MA, 2r°

26 Février l895 – “Vivre d’amour” jaillit du cœur de Thérèse pendant les longs moments d’adoration. PN 17

9 Juin 1895 – “Acte d’Offrande de moi-même comme Victime d’holocauste à l’Amour miséricordieux du Bon Dieu ”. Pri 6

Au cours de l’Eucharistie du dimanche de la Trinité, Thérèse a soudain cette inspiration, sous l’action de l’Esprit-Saint. Cette prière est sans doute l’acte essentiel de la vie de Thérèse. Les commentateurs parlent de “révolution”.

Les circonstances de l’Acte :

“Je pensais aux âmes qui s’offrent comme victimes à la Justice de Dieu afin de détourner et d’attirer sur elles les châtiments réservés aux coupables, cette offrande me semblait grande et généreuse, mais j’étais loin de me sentir portée à la faire. ” Ms A 84 r°

 

“ 0 mon Dieu ! m’écriais-je au fond du cœur, … Votre Amour Miséricordieux n’en a-t-il pas besoin, lui aussi ?… De toutes parts, il est méconnu, rejeté… Si votre Justice aime à se décharger, elle qui ne s’étend que sur la terre, combien plus votre Amour Miséricordieux désire-t-il embraser les âmes, puisque votre Miséricorde s’élève jusqu’aux cieux … 0 mon Jésus! Que ce soit moi, cette heureuse victime, consumez votre holocauste par le feu de votre Divin Amour!…” Ms A 84 r°

 

Les premiers mots de son Offrande à l’Amour :

“0 mon Dieu ! Trinité Bienheureuse, je désire vous aimer et vous faire aimer, travailler à la glorification de la sainte Eglise en sauvant les âmes…”

Thérèse comprend dans une lumière éblouissante à quel point le Seigneur est une Fournaise ardente d’amour et de miséricorde qui ne demande qu’a embraser les âmes qui s’offrent à Lui.

Faire des disciples :

11 juin 1895 – Là, vibre tout l’élan missionnaire de la jeune Thérèse, carmélite contemplative, devenue brasier ardent d’amour. Thérèse entraîne sa sœur Céline, novice, à s’offrir avec elle, à genoux devant la statue de la Vierge du Sourire. Elle propose cela à sa marraine, Sœur Marie du Sacré-Cœur qui refuse. Le mot “victime ” la heurte. Elle redoute un surcroît de souffrances. Thérèse lui explique qu’il s’agit de soulager le Bon Dieu dont la tendresse est comme inemployée. Sa sœur se laisse convaincre, puis Sœur Marie de la Trinité, autre novice qui craint tout d’abord de n’en être pas digne.

Soucieuse de faire aimer Jésus, Thérèse interpelle les “petites âmes”  car Jésus en a tant besoin pour “déverser” les flots de sa miséricorde sur le monde. (Aujourd’hui, plus de 50 congrégations se réclament de Thérèse et “légion de petites âmes” sont touchées par elle.)

 

Les conséquences de cet Acte :

Thérèse est explicite :

“Ma Mère chérie, vous qui m’avez permis de m’offrir ainsi au Bon Dieu, vous savez les fleuves ou plutôt les océans de grâces qui sont venus inonder mon âme… Ah ! depuis cet heureux jour, il me semble que l’Amour me pénètre et m’environne, il me semble qu’à chaque instant cet Amour Miséricordieux se renouvelle, purifie mon âme et n’y laisse aucune trace de péché… ” Ms A

Le 9 juin 1895 est une date capitale dans l’histoire de Thérèse. Thérèse se démarque de son époque où le jansénisme installait la peur au cœur du chrétien. Thérèse retrouve le cœur de la foi chrétienne: une totale confiance au Dieu d’Amour Trinitaire.

“C’est la confiance et rien que la confiance qui doit conduire à l’Amour.”Ms C

Il ne s’agit pas “d’amadouer” un Dieu justicier et vengeur par des œuvres , des mérites… Elle a donné tous ses mérites “pour l’Eglise et pour les âmes”. Son seul souci est de “faire plaisir à Jésus”

“Lorsqu’on aime, on ne calcule pas…” PN17

Thérèse refuse de thésauriser. Il s’agit moins de donner que de recevoir gratuitement.

 

Les mains vides :

Étonnant dynamisme de Thérèse puisé dans le cœur brûlant d’amour de Jésus. Dans son offrande à l’Amour, Thérèse invoque la richesse infinie des mérites du Christ, puis les mérites des Saints et des Anges avec une intention spéciale à la Vierge Marie.

“Au soir de la vie, je paraîtrai devant vous les mains vides …”

“Que mon âme s’élance sans retard dans l’éternel embrasement de votre miséricordieux Amour! …” Pri 6

“Je veux, 0 mon Bien-Aimé, à chaque battement de mon cœur vous renouveler cette offrande un nombre infini de fois, jusqu’à ce que les ombres déclinent et qu’alors je puisse vous redire mon amour dans un face à face éternel…”

“Je ne puis craindre un Dieu qui s’est fait pour moi si petit… Je l’aime! … car Il n’est qu’amour et miséricorde !” LT 266r°

 

Derniers Entretiens :

“Dites bien, que si j’avais commis tous les crimes possibles, j’aurais toujours la même confiance, je sentirais que cette multitude d’offenses serait comme une goutte d’eau jetée dans un brasier ardent.” D.E. 11 juillet l897.

 

Orientations de vie

– Faire la relecture de ma vie,
en chantant les miséricordes du Seigneur

– Aimer Jésus et me laisser aimer par Lui,
m’ouvrir aux flots de son Amour.

– Entrer peu à peu dans ce Mystère de la Miséricorde.
Nous sommes assis à la table des pécheurs, comme Thérèse.

 

Ce contenu a été publié dans Écrits de Thérèse de Lisieux, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *