La mission

Thérèse et la Mission

Thérèse est entrée au Carmel à l’âge de quinze ans, non pas pour une petite vie tranquille derrière des murs protecteurs, mais pour se donner à Dieu, à la suite du Christ, pour le salut du monde. Dans son enfance, déjà, elle avait constaté l’efficacité de sa prière pour le criminel Pranzini.

A l’écoute de l’Esprit Saint, elle découvrira que c’est dans le quotidien, à travers toutes les petites choses de la vie qu’elle est missionnaire.

 

Dès sa  “conversion ” de Noël 1886, Thérèse se sent appelée à être “ pêcheur d’âmes ”.

“ Il fit de moi “ un pêcheur d’âmes ” ; je sentis un grand désir de travailler à la conversion des pécheurs, désir que je n’avais pas senti aussi véhément…Le cri de Jésus sur la croix retentissait continuellement dans mon cœur : “ J’ai soif ”. Ces paroles allumaient en moi une ardeur inconnue et très vive…Je voulais donner à boire à mon Bien-Aimé et je me sentais moi-même dévorée de la soif des âmes. Ce n’était pas encore les âmes des prêtres qui m’altéraient mais celles des grands pécheurs. Je brûlais du désir de les arracher aux flammes éternelles ! ” Ms.A

Plus tard elle entrera de plain pied dans ce qui est la mission spécifique du Carmel.

“Qu’elle est belle la vocation ayant pour but de conserver le sel destiné aux âmes ! Cette vocation est celle du Carmel puisque l’unique fin de nos prières est de nous sacrifier et d’être l’apôtre des apôtres, ( les prêtres), priant pour eux pendant qu’ils évangélisent les âmes de leurs paroles et surtout de leurs exemples ”. Ms.A.

Le zèle d’une carmélite doit embraser le monde ; j’espère avec la grâce du bon Dieu être utile à plus de deux missionnaires et je ne pourrais oublier de prier pour tous sans laisser de côté les simples prêtres dont la mission parfois est aussi difficile à remplir que celle des apôtres prêchant les infidèles. Enfin je veux être fille de l’Eglise comme l’était notre mère sainte Thérèse et prier dans les intentions de notre saint Père le Pape, sachant que ses intentions embrassent l’univers. Ms.C.

 

C’est au cours de sa retraite en juillet 1896 que Thérèse découvre sa vocation à l’amour qui enferme toutes les autres.

“ Ces trois privilèges sont bien ma vocation comme carmélite, épouse et mère. Cependant je sens en moi d’autres vocations de prêtre, d’apôtre, de docteur, de martyre…enfin je sens le besoin, le désir d’accomplir pour Jésus toutes les œuvres les plus héroïques… ” Ms.B.

 

Dans sa recherche pour trouver une réponse aux désirs qui l’habitent, une page de l’épître aux Corinthiens lui apporte une éblouissante réponse.

“ Recherchez avec ardeur les dons les plus parfaits…mais je vais vous montrer une voie plus excellente. ” Et l’apôtre explique que tous les dons les plus parfaits ne sont rien sans l’Amour, que la Charité est la voie la plus excellente qui conduit sûrement à Dieu…  Enfin j’avais trouvé le repos…la Charité me donna la clef de ma vocation. Je compris que si l’Eglise avait un corps composé de différents membres, le plus nécessaire ne lui manquait pas. L’Eglise avait un cœur et ce cœur était brûlant d’amour. Je compris que l’amour seul faisait agir les membres de l’Eglise, que si l’amour venait à s’éteindre les apôtres n’annonceraient plus l’Evangile, les martyrs refuseraient de verser leur sang…je compris que l’Amour renfermait toutes les vocations…Alors dans l’excès de ma joie délirante je me suis écriée : “Oh Jésus ! ma vocation enfin je l’ai trouvée…c’est l’Amour…dans le cœur de l’Eglise je serai l’Amour, ainsi je serai tout…” Ms.B.

Cette vocation, cette mission à l’Amour, Thérèse, avec réalisme, voudra la vivre dans le quotidien des petites choses qui sont la trame de sa vie carmélitaine.

“ Je n’ai d’autres moyens de te prouver mon amour que de jeter des fleurs, c’est-à-dire de ne laisser échapper aucun petit sacrifice, aucun regard, aucune pensée, de profiter de toutes les petites choses et de les faire par amour…ainsi je jetterai des fleurs devant ton trône…en chantant…même lorsqu’il me faudra cueillir mes fleurs au milieu des épines… !”

 

Avec l’Abandon ce sera l’essentiel de sa “ petite voie” qu’elle enseignera à ses novices et qu’elle se promettra d’enseigner mystérieusement à toutes les petites âmes jusqu’à la fin du monde.

“ Je sens que je vais entrer dans le repos…mais je sens surtout que ma mission va commencer, ma mission de faire aimer le bon Dieu comme je l’aime, de donner ma petite voie aux âmes. Si le bon Dieu exauce mes désirs, mon ciel se passera sur la terre jusqu’à la fin du monde. Oui, je veux passer mon ciel à faire du bien sur la terre…Je ne puis me faire une fête de jouir, je ne veux pas me reposer tant qu’il y aura des âmes à sauver… ” (Derniers entretiens) “ Une seule attente fait battre mon cœur, c’est l’amour que je recevrai et celui que je pourrai donner. Et puis je pense à tout le bien que je voudrais faire après ma mort : faire baptiser les petits enfants, aider les prêtres, les missionnaires, toute l’Eglise. ”

 

Prière

O mon Dieu, Trinité bienheureuse,
je désire vous aimer et vous faire aimer,
travailler à la glorification de la sainte Eglise.
Je désire accomplir parfaitement votre Volonté…
mais je sens mon impuissance et je vous demande,
ô mon Dieu, d’être vous-même ma sainteté…
Je sens en mon cœur des désirs immenses
et c’est avec confiance que je vous demande
de venir prendre possession de mon âme…
Restez en moi…
ne vous éloignez jamais de votre petite hostie…
Amen.

 

Orientation de vie

Vivre dans l’amour
et la confiance ce qui se présente chaque jour.

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Écrits de Thérèse de Lisieux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *