Edith Stein « émerveillée face au mystère de Noël » n°3

    Editorial

Noël ! Mystère de l’Amour !

Si les rues de nos bourgades s’emplissent de joie, de  lumière, c’est que, pour le chrétien en particulier, Noël est encore autre chose. Dans une conférence de 1931, Edith Stein, s’étant laissée instruire par Thérèse d’Avila et Jean de la Croix, nous livre sa méditation : Ecoutons-la dans son livre : La Crèche et la Croix :

« Noël ! De ce simple mot émane un charme mystérieux auquel un cœur peut difficilement résister… Ceux-là même pour qui le vieux récit de l’Enfant de Bethléem ne signifie rien… cherchent comment allumer ici et là un rayon de joie…  « Pendant des semaines… un fleuve d’amour se répand sur toute la terre….  « L’Étoile conduit le chrétien à la Crèche, auprès de l’Enfant qui apporte la paix sur la terre… « Noël ! Dieu réellement présent parmi nous… Celui qui fait de l’Eucharistie son pain quotidien renouvelle en lui chaque jour le mystère de Noël »

« Noël est aussi le mystère de l’intimité entre l’homme et Dieu… Dans le cœur de celui qui vit avec l’Église… les chants de l’Avent réveillent un ardent désir … « Cieux, répandez votre rosée ! Jérusalem crie ta joie, car ton Sauveur vient à toi.  O Fils de la race de Jessé… O Clef de la Cité de David… Viens pour nous sauver ! … « Et lourde de promesse, la réponse parvient : « Voyez, tout est accompli ».

« Aujourd’hui vous saurez que le Seigneur va venir, et demain vous   le verrez paraître dans sa gloire… «  un désir nous pousse au-dehors vers une autre lumière : «Noël ! Et le Verbe s’est fait chair …«  Nous voilà parvenus à l’instant bienheureux où notre attente est comblée… « Aujourd’hui encore, l’étoile de Bethléem brille dans une nuit profonde. Déjà, au lendemain de Noël, l’Eglise dépose ses ornements blancs pour revêtir la pourpre du sang … le violet du deuil. … avec ce sang versé par les saints Innocents, Etienne…(Et tant d’autres !…) Qu’est-ce que cela signifie ? Où donc est l’allégresse? Où est la paix sur terre?…

«  Paix sur la terre aux hommes de bonne volonté ! Mais, tous ne sont pas de bonne volonté. Le Fils du Père éternel dut descendre de la gloire du ciel parce que le mystère du mal avait enveloppé le monde de ténèbres. La nuit couvrait la terre, et il vint comme la Lumière qui brille dans les ténèbres ; mais les ténèbres ne l’ont pas reçu… «  Le mystère de l’Incarnation et le mystère du mal sont étroitement liés. Sur la lumière descendue du ciel se détache, d’autant plus sombre et menaçante, la nuit du péché…

«  L’Enfant de la crèche tend les mains et semble exprimer ce que l’Homme dira plus tard : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et qui ployez sous le fardeau ». Les premiers à suivre son appel sont les bergers ; puis les rois, venus du lointain Orient, qui suivirent la merveilleuse étoile…  Sur eux les mains de l’Enfant répandirent une rosée de grâces, et « ils se réjouirent d’une grande joie ».

    «  Ces mains donnent et exigent à la fois : sages, déposez votre sagesse et devenez simples comme des enfants ; rois, donnez vos couronnes et vos trésors et rendez humblement hommage au Roi des rois ; prenez sans hésiter votre part des peines que son service exige. Et vous, enfants, qui n’avez encore rien à offrir, c’est votre tendre vie que Dieu prend… « Suis-moi, » disent les mains de l’Enfant, comme plus tard la bouche de l’Homme. ….En face d’eux se dresse la nuit du Roi Hérode qui veut tuer le Seigneur de la vie…
« Devant l’Enfant de la crèche, les esprits se divisent… Il est le Roi des rois, celui qui règne sur la vie et la mort. Il dit : « Suis-moi, »  Nous ignorons où l’Enfant divin veut nous conduire sur cette terre, et nous n’avons pas à le demander avant le temps. Tout ce que nous savons sur cette terre c’est que, pour ceux qui aiment le Seigneur, toute chose aboutit au bien, et que les chemins tracés par le Seigneur mènent au-delà de cette terre…

 « En prenant un corps, le Créateur du genre humain nous offre sa divinité.  Dieu s’est fait homme pour que les hommes puissent devenir fils de Dieu. « O admirable échange !… » Il est devenu ainsi l’un de nous et en même tant un avec… nous…

 » Dieu en nous et nous en Lui : voilà notre part au Royaume de Dieu dont l’Incarnation a posé le fondement… « Etre un avec Dieu… et si Dieu est en nous et s’il est  l’Amour, nous ne pouvons qu’aimer nos frères. En cela, notre amour des hommes est notre mesure de notre amour de Dieu…

« Pour le chrétien, il n’y a pas d’étranger. Le prochain est toujours celui qui est devant nous et qui a le plus besoin de nous… L’amour du Christ ne connaît pas de limites… Et si son amour vit en nous, nous ferons comme lui et nous irons à la recherche des brebis perdues… Le Christ, qui aime de son amour, veut les hommes pour Dieu et non pour lui-même…

« Jésus nous fait devenir enfant de Dieu : «  A ceci je reconnais que vous m’aimez, si vous gardez mes commandements ». Etre enfant de Dieu signifie se laisser conduire par la main de Dieu, faire la volonté de Dieu et non la sienne, remettre à Dieu tous ses soucis et toutes ses espérances, ne plus s’occuper de soi ni de son avenir… 

« La confiance en Dieu ne reste inébranlable que si elle est disposée à tout recevoir   de la main du Père et Lui seul sait ce qui est bon pour nous…

« Que ta volonté soit faite !… » Tel doit être l’unique souci du chrétien – tous les autres sont pris en charge par le Seigneur… « Mais le Christ est à la fois Dieu et  Homme pour qu’à nouveau nous puissions participer à sa vie. En ceci résident la cause et la fin de sa venue dans le monde… « Dieu est venu pour nous relier à Lui. Il connaît notre nature. Il la prend en compte…et il nous a donc donné tout ce qui peut nous aider à parvenir au but… Pour y parvenir, il faut, tout au long de sa vie, écouter les paroles qu’il a prononcées et qui nous ont été transmises…

« Celui qui recherche le Seigneur dans sa Maison ne voudra plus l’entretenir uniquement de lui-même et de ses affaires. Il commencera à s’intéresser aux affaires du Seigneur… C’est ainsi que le chemin qui commence à Bethléem mène immanquablement au Golgotha… « Dans la nuit du péché, c’est l’étoile de Bethléem qui luit ;  c’est l’ombre de la Croix qui tombe sur la clarté de la crèche…

«Le Fils de l’Homme fut élevé à la gloire de la Résurrection, c’est le chemin ouvert à chacun de nous, à l’humanité tout entière. » ( Extraits de La crêche et la Croix)

Résonnance pour notre vie

« Noël « ! Ce mot résonne chez Edith Stein… Et chez moi ? Que dit-t-il ?
« Que ta volonté soit faite !… » Tel doit être l’unique souci du chrétien… tous les autres sont pris en charge par le Seigneur… Jusqu’où va ma confiance dans le Seigneur ? « Et le Verbe s’est fait chair ! » Qui est ce Dieu  pour moi ?

 Prière

« Doux enfant de Bethléem, accorde-nous
de communier de toute notre âme
au profond mystère de Noël.
Mets dans le cœur  des hommes cette paix
qu’ils recherchent parfois si âprement,
et que Toi seul peux leur donner.
Aide-les à se connaître mieux,
et à vivre fraternellement,
comme les fils d’un même Père.
Découvre-leur Ta beauté,
Ta sainteté et Ta pureté.
Éveille dans leurs cœurs l’amour
Et  la  reconnaissance pour ton infinie bonté.
Unis-les tous dans Ta charité et donne-nous
Ta céleste paix. (Jean XXIII)

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Edith Stein. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *