Thérèse de Lisieux et la Parole de Dieu

Thérèse de Lisieux et la Parole de Dieu

 

Avec l’équipe de rédaction, interrogeons Thérèse de l’Enfant – Jésus sur sa fréquentation de la Parole de Dieu.

“ Dis-nous, Thérèse, comment et pourquoi l’Evangile a pris une telle place dans ta vie, alors que l’atmosphère de l’époque n’y portait pas particulièrement ? ”

“Thérèse, quand tu ouvrais l’Evangile, qu’y cherchais-tu ? ”

 

L’EVANGILE “ CE LIVRE D’OR EST MON PLUS CHER TRESOR ”

Plus de 60 ans avant le Concile, Thérèse de l’Enfant-Jésus avait donné à l’Ecriture Sainte une très grande place dans sa vie. C’est au Carmel, vers 1892 qu’elle dit avoir “ trouvé les trésors cachés dans l’Evangile ”. ( Ms.A 47 r°).

C’est là qu’elle puisera toutes ses intuitions. “ Que de lumières n’ai-je pas puisées dans les œuvres de notre Père saint Jean de la Croix !… A l’âge de 17-18 ans je n’avais pas d’autre nourriture spirituelle, mais plus tard tous les livres me laissèrent dans l’aridité et je suis encore dans cet état…Dans cette impuissance, l’Ecriture Sainte et l’Imitation de Jésus-Christ viennent à mon secours. En elles je trouve une nourriture solide et toute pure. Mais c’est par-dessus tout l’Evangile qui m’entretient dans mes oraisons ; en lui je trouve tout ce qui m’est nécessaire. J’y découvre toujours de nouvelles lumières, des sens cachés et mystérieux… ” ( Ms A 83 r° )

( à Céline LT 165 ) “ Souvent nous descendons dans les vallées fertiles où notre cœur aime à se nourrir, le vaste champ des Ecritures qui, tant de fois s’est ouvert pour répandre …ses riches trésors… ”

“ …tes secrets d’amour ô Jésus, n’est-ce pas Toi seul qui me les as enseignés et ne peux-tu pas les révéler à d’autres ?… ( Ms.B 5 v° ) …moi je me considère comme un faible petit oiseau…j’ose fixer le Soleil divin, le Soleil de l’Amour… ( Ms.B.5 r°)

 

Quand je suis auprès du tabernacle, je ne sais dire qu’une seule chose à Notre-Seigneur : “ Mon Dieu, vous savez que je vous aime.  ( LT.152 ) Vous le savez, O mon Dieu, je n’ai jamais désiré que vous aimer ” ”( Ms.C.34 v°)

Cet amour de Jésus a été en fait l’âme de toute ta vie…

Au soir d’amour, parlant sans parabole,
Jésus disait : si quelqu’un veut m’aimer,
Toute sa vie qu’il garde ma parole,
Mon Père et Moi viendrons le visiter,
Et de son cœur faisant notre demeure
Venant à lui nous l’aimerons toujours.
Rempli de paix, nous voulons qu’il demeure,
En notre amour, en notre amour !
( Poésie 17 )

Thérèse, quand tu ouvrais l’Évangile, qu’y cherchais-tu ?

“ Jésus éclaire-moi, Tu le sais, je cherche la vérité…Je ne peux me nourrir que de la vérité…”

( Ms.B.4v° 6 C.J 5/8/4)

“Pour qu’un sermon sur la Sainte Vierge me plaise et me fasse du bien, il faut que je voie sa vie réelle, pas sa vie supposée, et je suis sûre que sa vie réelle devait être toute simple. On nous la montre inabordable, il faudrait la montrer imitable…dire qu’elle vivait de Foi comme nous, en donner des preuves par l’Evangile…”( C.J.21/8/3)

“Il me semble que je n’ai jamais cherché que la vérité ” ( C.J.30/9/97)

“ Jésus est remonté au ciel, je ne puis le suivre qu’aux traces qu’il a laissées, mais que ces traces sont lumineuses !… Je n’ai qu’à jeter les yeux dans le saint Evangile, aussitôt je respire les parfums de la vie de Jésus et je sais de quel côté courir…”( Ms.C. 36 v°)

“Jésus disait : “ Si quelqu’un m’aime il gardera ma parole et mon Père l’aimera et nous viendrons à lui et nous ferons en lui notre demeure ”. Garder la Parole de Jésus, voilà l’unique condition de notre bonheur, la preuve de notre amour pour Lui.  Mais qu’est-ce donc que cette parole ? Il me semble que la Parole de Jésus c’est Lui-même, Lui Jésus, le Verbe, la Parole de Dieu !… Nous la possédons la Vérité ! nous gardons Jésus dans notre cœur !” (LT.165)

Ecoutons encore ce que Thérèse dit sur sa manière de lire l’Ecriture Sainte. Qui est son guide ?

“ ( Jésus) Lui qui s’écriait…dans un transport de joie : « Mon Père, je vous bénis de ce que vous avez caché ces choses aux sages et aux prudents et que vous les avez révélées aux plus petits », voulait faire éclater en moi sa miséricorde. Parce que j’étais petite et faible Il s’abaissait vers moi, Il m’instruisait en secret des choses de son amour. Ah ! Si les savants ayant passé leur vie dans l’étude étaient venus m’interroger, sans doute auraient-ils été étonnés de voir une enfant de 14 ans comprendre les secrets de la perfection, secrets que toute leur science ne leur peut découvrir, puisque pour les posséder il faut être pauvre d’esprit !… ( Ms.A 49 r°) ”

“…je comprends et je sais par expérience que le Royaume de Dieu est au-dedans de nous. Jésus n’a pas besoin de livres, ni de docteurs pour instruire les âmes, Lui le docteur des docteurs, Il enseigne sans bruit de paroles…Jamais je ne l’ai entendu parler mais je sens qu’Il est en moi, à chaque instant ; Il me guide, m’inspire ce que je dois dire ou faire. Je découvre juste au moment où j’en ai besoin des lumières que je n’avais pas vues…”  ( Ms.A 83 v° )

L’Ecriture, en particulier l’Evangile – c’est la Parole vivante de Dieu, c’est Jésus lui-même qui parle…Telle est la foi inébranlable de Thérèse. Elle lit, médite, prie, recopie cette Parole “ son plus cher trésor ”. Dans cette Parole elle rencontre immédiatement Jésus qu’elle écoute, qu’elle interroge, avec qui elle dialogue jusqu’à ce qu’elle comprenne ce qu’il veut lui dire, puis elle se l’applique. Toute sa lecture est animée par son amour en quête de vérité, par son amour de Jésus qui est la VERITE. C’est ainsi qu’elle a découvert sa vocation dans l’Eglise. Carmélite, épouse, mère, ces vocations ne lui suffisent plus, elle voudrait être prêtre, apôtre, docteur, martyr ; désirs fous ! Que faire ?

J’ouvris (Corinthiens 12/13) “ Oui, j’ai trouvé ma place dans l’Eglise et cette place, o mon Dieu, c’est vous qui me l’avez donnée…dans le cœur de l’Eglise ma Mère, je serai l ‘amour !…J’ai cherché, j’ai trouvé ” ( Ms.B 3 v°4 r°)

A toutes ses interrogations, Thérèse cherche réponse dans l’Ecriture, spontanément, avec persévérance . C’est devenu un réflexe chez elle. Elle est convaincue qu’à travers l’Evangile, Jésus lui parle aujourd’hui. Une telle attention, une telle familiarité avec l’Ecriture est le seul fruit d’une longue fréquentation de la Bible. Elle a ruminé la Parole de Dieu et cette Parole a imprégné sa manière de penser, de prier, d’agir…

 

Prière

Thérèse, apprends-nous à lire, à écouter,
à prier la Parole de Dieu avec un cœur d’enfant
simplement ouvert au souffle de l’Esprit- Saint.

Thérèse, amoureuse de Jésus…
Thérèse, amoureuse de la face de Jésus…
Thérèse, amoureuse de la Parole de Dieu…

Ref : Donne-nous d’aimer comme tu aimes.

Thérèse, chantre de la tendresse du Père,
Thérèse, amour au cœur de l’Eglise,
Thérèse, Parole de Dieu pour notre temps.

 

Orientation de vie

Accueillir le message de Thérèse de Lisieux, c’est revenir à l’Evangile.
Il est une lampe qui éclaire nos pas ( Ps.119).

En méditant la Parole de Dieu,
Thérèse nous découvre l’essentiel des relations avec Dieu,
avec les autres et avec les choses.
Elle le vit avec simplicité et en profondeur.

 

Ce contenu a été publié dans Écrits de Thérèse de Lisieux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *