La Parole de Dieu

La Parole de Dieu

 

A – Pour nous dire que nous ne devons pas être à la recherche de signes sensibles, mais que nous devons avancer dans la foi, Jean de la Croix va s’appuyer sur l’Evangile :

 

Aussi Dieu n’opère-t-il ces œuvres merveilleuses que lorsqu’elles sont absolument nécessaires pour amener les hommes à croire. Pour ce motif et afin que ses disciples ne fussent pas privés du mérite de la foi s’ils avaient expérimenté par eux-mêmes sa résurrection, avant de leur apparaître, il disposa les choses pour qu’ils crussent sans le voir lui-même (Le 24, 3-7).

A Marie-Madeleine il montra d’abord le sépulcre vide (Mt 28, 1-8; Jn 20, 1-2) ; il la fit ensuite instruire par les anges, parce que la foi vient par l’ouïe, comme dit saint Paul (Rm 10, 17). Ainsi, il voulut qu’elle crût en entendant et avant de voir. Et quand elle le vit, ce fut sous la forme d’un jardinier, afin d’achever de l’instruire dans la foi (Jn 20, 11-18)

Aux disciples il envoya d’abord les saintes femmes pour leur dire qu’il était ressuscité (Mt 28, 7-8). Aux pèlerins d’Emmaüs, il enflamma d’abord le cœur par la foi avant de se découvrir à eux (Lc 24, 15). Finalement, il reprit tous ses disciples de n’avoir pas cru (Mc 16,14). Quant à Thomas, qui avait voulu palper ses plaies, il lui dit (Jn 20,29) : Bienheureux ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru! Montée du Carmel 3,31,8

 

B – Quand il s’agit de trouver de bonnes conditions pour prier il nous donne la réponse de Jésus à la Samaritaine :

Aussi, quoiqu’il soit bon de prier Dieu dans un lieu aussi décent que possible, il est à désirer que les sens n’y trouvent rien qui les arrête, afin que l’esprit puisse s’élever à Dieu sans obstacle. Nous pouvons prendre dans ce sens la réponse que Notre Sauveur fit à la Samaritaine, lorsqu’elle lui demanda en quel lieu il fallait prier de préférence: le temple ou la montagne. Les vrais adorateurs. lui dit-il, adoreront le Père en esprit et en vérité. car ce sont de tels adorateurs que le Père cherche (ln 4,23-24).

Les temples et les endroits paisibles sont consacrés et destinés à la prière, car c’est là toute la destination d’un temple. Cependant, lorsqu’il s’agit d’une affaire aussi importante et aussi intime que la relation avec Dieu,…il est bon de faire choix d’un lieu solitaire et même sauvage, qui laisse à l’esprit la liberté de monter vers Dieu directement, sans être retenu et embarrassé par les choses visibles. Il est vrai que les objets extérieurs aident parfois l’esprit à s’élever, mais c’est à condition qu’il les oublie aussitôt pour se fixer en Dieu.

Aussi notre Sauveur, voulant nous servir de modèle, choisissait-il ordinairement pour prier des endroits solitaires (Mt 14,24; Mc 1. 35 et 6,46) et n’occupant guère les sens, mais propres à élever l’âme à Dieu. C’étaient souvent des montagnes (Lc 6, 12; 9, 18 et 28; 19,28; Jn 6, 15) qui. d’ordinaire, sont dénuées de végétation et n’offrent pas de jouissance aux sens. Montée du Carmel 3,39, 2

 

C – Pour nous dire quel est l’amour qui doit nous embraser, il s’appuie sur Marie Madeleine :

Voyez Marie-Madeleine, cette femme auparavant toute remplie de l’estime d’elle-même. Sans se soucier de tant de personnages considérables assis au festin qui a lieu dans la maison du pharisien, sans songer qu’il est intempestif et bizarre de venir verser des larmes parmi des convives, elle ne peut se résoudre à une heure de délai, elle ne peut attendre un moment plus convenable pour se présenter à celui dont l’amour a blessé son âme, la mettant tout en flammes (Le 7, 37-38). Telle est la hardiesse, la témérité de l’amour. Plus tard, sachant que le corps de son Bien-Aimé reposait dans le sépulcre, que ce sépulcre était scellé d’une grosse pierre et environné de soldats pour empêcher ses disciples de le dérober (Mt 27,60-66), elle ne réfléchit à aucun de ces obstacles, et avant le jour elle vient avec des parfums pour l’embaumer (Jn 20, 1).

Finalement, l’anxiété et l’ivresse de l’amour lui font demander à celui qu’elle prend pour un jardinier, et qu’elle suppose avoir dérobé le corps, si c’est lui qui l’a pris et en quel lieu il l’a mis, afin qu’elle puisse l’emporter (Jn 20, 15). Elle ne songe pas que, mises au regard de la saine raison, ses paroles ne sont qu’un vrai délire, car si cet homme a dérobé le corps, il est clair qu’il ne le lui dira pas, et moins encore lui permettra-t-il de l’emporter. Mais c’est le propre de l’amour violent de juger tout possible et de croire tout le monde sous l’empire de la même passion. Il se persuade qu’elle mérite seule qu’on s’y applique, et qu’il n’est rien à poursuivre sinon ce qu’elle poursuit et ce qu’elle aime. L’épouse des Cantiques, lorsqu’elle sortit pour chercher son Bien-Aimé par les places et les faubourgs, persuadée que chacun partageait sa recherche, pria les gens qu’elle rencontra de dire à son Bien-Aimé, s’ils le trouvaient, qu’elle languissait d’amour pour lui (Ct 5, 8). Toute semblable est la véhémence d’amour qui emporte Marie. Elle se figure que si le jardinier lui révèle le lieu où il a caché le corps, elle pourra l’emporter en dépit de tous les obstacles qui s’opposeront à elle.

( Nuit Obscure 2,13,6-7)

 

Prière

Seigneur Dieu mon Bien-Aimé…
Qui pourra se libérer de ses pauvres manières et de ses limites étroites
si tu ne l’attires à toi, mon Dieu en pureté d’amour ?
Comment l’Homme… s’élèvera-t-il vers toi,
si toi Seigneur, tu ne l’élèves avec la main qui l’a fait ?
Tu ne me retireras pas mon Dieu,
ce qu’une fois tu m’as donné en ton Fils Unique Jésus-Christ.
En lui, tu m’as donné tout ce que je désire.
C’est pourquoi je me réjouirai de ce que tu ne tarderas pas,
si, moi, je t’attends.
Pourquoi languis-tu à attendre (ô mon âme)
puisque maintenant tu peux aimer Dieu en ton cœur ? …
Ne te mésestime pas et ne te contente pas des miettes
qui tombent de la table de ton Père.
Sors au dehors et glorifie toi de ta gloire.
Cache toi en elle et réjouis-toi,
et tu obtiendras les désirs de ton cœur.

 

Orientation de vie

Chaque jour, l’Eglise nous propose des lectures de la Parole de Dieu, attardons-nous sur cette Parole et cherchons à en vivre davantage.

 

Ce contenu a été publié dans Écrits de Jean de la Croix, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *