Les 4 èmes Demeures, ch 1 à 3

Le Livre des Demeures

Editorial

Ces 4èmes Demeures sont une transition entre la phase ascétique (1èresD à 3èmesD) et la phase mystique (5èmesD à 7èmesD). Thérèse a 39 ans lorsqu’elle pénètre dans ces 4èmes Demeures. Elle les écrit sur le chemin de Tolède à Avila, aux moments perdus, sans concentration. Elle y décrit ses expériences, et parle du sentiment qu’elle éprouve d’une présence certaine de Dieu. Mais elle a du mal à exposer ce qu’elle vit. Aussi invoque-t-elle l’Esprit Saint :

“J’avais grand besoin de compter sur l’Esprit Saint ; je l’ai supplié de parler à ma place pour dire des choses que vous comprendrez sur les Demeures ; car ce sont des choses surnaturelles, et il est très difficile de les faire comprendre si le Seigneur ne s’en charge pas… Que le Seigneur Dieu m’aide si cela doit être utile. (4D 1,1)
Ces Demeures sont plus proches de celle où le Roi se trouve. Elles sont d’une grande beauté. Il y a des choses très délicates à voir et à entendre. C’est pourquoi l’intelligence est incapable d’en donner une idée juste. Cela reste bien obscur pour ceux qui n’ont pas fait cette expérience ; (…) en effet le Seigneur donne ces biens qui Lui appartiennent, quand il veut, comme il veut, et à qui il veut, sans faire tort à personne. ”(4 D 1,2)

Thérèse explique la différence entre les “ joies ” et les “ goûts ” que l’on trouve dans l’oraison. (4 D 1,5 et 2,2.)
“ Je pense qu’on peut appeler “ joies ” ce que nous obtenons par la méditation et les prières adressées à Notre Seigneur. Cela vient de notre nature avec l’aide de Dieu, car dans tout ce que je dis, on ne peut rien sans Lui … Les goûts, au contraire, commencent en Dieu et se font ensuite sentir en nous…Il faut les estimer beaucoup,… c’est un don de Dieu  (4 D1,4-6) …
Si, dans ces Demeures, … il n’y avait point de tentations, le démon pourrait la tromper au milieu des plaisirs donnés par Dieu ” (4D1,3).

 L’importance de l’oraison est dans l’amour et non dans la pensée :
“ Pour beaucoup avancer sur ce chemin et monter aux Demeures que nous désirons, il ne s’agit pas de beaucoup penser, mais de beaucoup aimer ;… C’est pourquoi faites tout ce qui vous pousse à aimer davantage. Aimer, nous ne savons peut-être pas ce que c’est… Aimer, ce n’est pas avoir un très grand plaisir mais c’est être décidé à vouloir toujours contenter Dieu en tout, c’est essayer, autant que nous le pouvons, de ne pas l’offenser, de le prier pour que l’honneur et la gloire de son Fils grandissent toujours et pour que l’Église Catholique se développe. Telles sont les marques de l’amour… et n’allez pas vous figurer que cela consiste à ne jamais penser à autre chose et que si l’on est distrait un moment tout est perdu.” (4 D1,7)

Car l’imagination n’empêche pas l’oraison. On peut prier malgré tous ces ennuis que causent les distractions.
“ Malgré le tumulte qui règne dans ma tête, cela ne me gêne ni dans l’oraison, ni pour m’exprimer, l’âme est tout entière dans sa quiétude, dans son amour, dans ses désirs…Il n’est donc pas bon de nous laisser troubler par nos pensées, ni d’y accorder la moindre importance ; ainsi, si elles nous viennent du démon, il y renoncera ; et si cela provient de notre misère… prenons patience, souffrons tout pour l’amour de Dieu; ” (4 D1,10-11)…

 Qu’est-ce que l’oraison de recueillement ? c’est l’œuvre de Dieu qui “ recueille ” et intériorise l’homme distrait, aliéné et dispersé:
“ …c’est rechercher Dieu qui vit à l’intérieur de nous… cette oraison de recueillement est un pont entre l’oraison méditative et l’oraison de quiétude, mais elle est bien inférieure à l’oraison de quiétude ” (4 D 3,8).

Pour l’oraison de quiétude : la communication avec Dieu se fait de plus en plus intense et profonde. C’est l’oraison des 4èmes Demeures.
Il s’agit “ d’une communication divine … gratuite : elle se donne seulement à qui Dieu veut la donner… et ce n’est pas une chose qu’on puisse s’imaginer ressentir faussement. Non, tous nos efforts sont impuissants à nous procurer un tel bien ” (2,6)

 Pour expliquer Thérèse se sert de l’image de deux bassins :
l’un, est “ alimenté artificiellement par de nombreux aqueducs par une eau qui vient de loin … l’autre a été creusé à la source même de l’eau, et il s’emplit sans bruit… lorsque le bassin est plein, il en déborde un grand ruisseau ; peu importerait la ruine de l’aqueduc, l’eau jaillit toujours du même point. Telle est la différence : celle qui vient par les aqueducs s’assimile aux joies qu’on obtient par la méditation… 4 D3,3 Dans l’autre bassin, l’eau naît de la source même, qui est Dieu ; elle émane avec une quiétude immense et paisible du plus intime de nous-mêmes… (4 D 2,4) Cette eau (de l’oraison de quiétude) qui n’est pas amenée par des canaux comme la précédente (la méditation)… est un don gratuit… L’âme ne pourra jamais mesurer les grâces que le Seigneur lui accorde alors et l’amour avec lequel il la rapproche de Lui ” (4 D 2,8)

 La communication divine se localise dans le centre de l’âme. Thérèse recourt à un symbole pour s’expliquer :
“ L’âme respire une bonne odeur, comme si tout au fond d’elle-même, il y avait un feu sur lequel on jetterait des parfums agréables. On ne voit pas le feu, on ne sait pas où il est, mais sa chaleur et la fumée odorante pénètrent l’âme tout entière…Attention, comprenez-moi, on ne sent pas de chaleur, on ne respire pas une odeur, c’est chose plus délicate que ces choses-là, mais cela peut vous aider à comprendre ” (4D 2, 6)…

 Les effets de l’oraison de quiétude :
“ L’âme devient plus libre dans le service de Dieu, elle y est beaucoup plus à l’aise… son action est beaucoup plus étendue ” (4 D 3,9)

 Voici un critère de discernement très fréquemment répété par Thérèse :
“ C’est aux effets et aux œuvres produites que l’on reconnaît les véritables grâces d’oraison : il n’est de meilleur creuset pour s’éprouver soi-même  (2,8)
L’oraison de quiétude rend l’âme plus réceptive, agrandit sa capacité, la dispose et la rend apte à contenir tout ce que Dieu veut y mettre… Ne parlons pas de l’heure où le Seigneur consent à l’accorder : c’est au gré de sa Majesté, uniquement.  (4 D 3.9)”

Quelques conseils de Thérèse pour se disposer à obtenir ces faveurs :
Il faut “ d’abord aimer Dieu sans intérêt… être profondément humbles… désirer souffrir et imiter le Seigneur… se redire que Dieu est libre de ses dons… marcher sur le chemin de l’amour avec le seul désir de servir le Crucifié ” (4 D 2,9)
“ Nous sommes à Lui, qu’il fasse de nous ce qu’il voudra, qu’il nous conduise par la voie qui lui plaira. Je crois bien que si nous nous humilions et nous détachons vraiment …le Seigneur ne manquera pas de nous accorder cette faveur, et bien d’autres encore que nous ne saurions désirer. Qu’il soit loué et béni à jamais ! Amen. ” (4 D 2,10)

 Prière

“ Ochute d'eau Vie, qui donnez la vie
à tous les hommes,

ne me refusez pas, à moi,
cette eau si douce,

que vous promettez
à ceux qui la désirent.

Pour moi, Seigneur,
je la désire, je la demande,

et je viens à vous.
Ne vous cachez pas de moi, Seigneur.
Vous connaissez ma nécessité,
et vous savez que cette eau
est le vrai remède de l’âme
que vous avez blessée…

O fontaines vivifiantes qui jaillissez
des plaies de mon Dieu,
qui pourra dire comme vous coulerez

toujours en flots abondants
pour nous soutenir !

Exclamations 9.

                                          TA2Parole pour aujourd’hui

En ce qui concerne le bassin d’eau qui symbolise l’oraison de quiétude :
à quoi, pour toi, correspondent l’eau ?
le bassin ? la fontaine ? la source ? l’élargissement du bassin ?

Quelle importance donnes-tu à ce symbole de l’oraison dans les 4èmes Demeures ?

 

 

Ce contenu a été publié dans Le livre des Demeures, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *