Les 2émes et 3 èmes Demeures ch 1 et 2

Le Livre des Demeures

Editorial

Avant de franchir le seuil des deuxièmes Demeures, Thérèse nous prévient qu’il nous faudra maintenir une lutte persévérante. Elle distingue entre les personnes qui ont déjà entrepris de faire oraison et comprennent la nécessité de poursuivre la tâche, et celles qui n’ont pas conscience du danger où elles sont, alors qu’elles se laissent distraire par les multiples bruits du monde et n’entendent pas l’appel du Seigneur.

 “L’une de vous va peut-être penser ainsi : puisqu’il est si grave de retourner en arrière, il vaut peut-être mieux ne jamais commencer à entrer dans le château. Il vaut mieux rester dehors. Mais je vous ai déjà averties au début, et le Seigneur lui-même le dit : «Celui qui vit dans le danger y périt». Or, la porte d’entrée de ce château c’est l’oraison. Ce serait de la folie de croire ceci : nous entrerons au ciel sans entrer d’abord en nous-mêmes, pour nous connaître, pour considérer notre misère et ce que nous devons à Dieu, pour demander souvent sa pitié. Le Seigneur lui-même le dit : «Personne ne vient à mon Père, si ce n’est par Moi.» Il dit encore : «Qui Me voit, voit mon Père». Alors, si nous ne le regardons jamais, si nous ne pensons jamais à ce que nous lui devons, ni à la mort qu’il a endurée pour nous, comment pouvons- nous le connaître, et agir à son service ? Je me le demande. Qu’est-ce que la foi peut être sans des actes faits par amour ? Et si nos actes ne tirent pas leur valeur des mérites de Jésus Christ, notre bien, ont-ils de la valeur ? Qui nous poussera à aimer ce Seigneur ? Espérons que Dieu nous fera comprendre ceci : nous lui coûtons beaucoup ; le serviteur n’est pas au-dessus de son Maître, nous devons travailler pour jouir de sa gloire. Et, pour cela, il est nécessaire de prier, pour ne pas être toujours dans la “ tentation ” ” (Mt 10,24) 2D 1,11.

Le modèle des 3èmes Demeures ne peut être autre que ce “ jeune homme riche ” de l’Evangile car ces demeures sont bien celles des “ bons ” et même des “ très bons ”, cependant il y a un problème car ils sont incapables d’aller plus loin que leurs petites affaires; chez eux, tout est étudié, programmé, mesuré, équilibré, arrangé… et cependant quand ils entendent ces mots de ‘vends tout ce que tu as… et suis-moi’ ils font volte face et rebroussent chemin tristement. L’amour ne les fait pas encore déraisonner.

“Dieu prépare longuement l’âme avant d’accorder ses faveurs ….Mais il faut encore quelque chose de plus pour que le Seigneur soit entièrement maître de l’âme. Les paroles ne suffisent pas. Elles n’ont pas suffi au jeune homme riche, quand notre Seigneur lui a dit comment faire s’il voulait être parfait. Depuis que j’ai commencé à parler de ces demeures, je pense à ce jeune homme, parce que nous agissons vraiment comme lui. (3D 1,6)
Nous allons penser peut-être que nous avons déjà fait tout ce qu’il faut…….Cela ne fait aucun doute : si nous continuons à rester pauvres et à tout abandonner, nous arriverons à ce que nous désirons. Mais ce sera à une condition et je vous demande d’y faire bien attention : regardez-vous comme des servantes ordinaires, selon le mot de saint Paul, ou du Christ). Croyez que notre Seigneur n’est pas obligé de nous faire de si grandes faveurs. Au contraire, c’est nous qui lui devons beaucoup, puisqu’il nous a beaucoup donné. (3D 1,8)

Voici ce qui compte : essayer d’acquérir des habitudes bonnes, soumettre notre volonté à celle de Dieu en tout, faire correspondre notre vie à ce que Dieu désire pour elle et ne pas souhaiter que notre volonté se réalise, mais la sienne. Si nous n’en sommes pas encore là, pratiquons l’humilité, comme je l’ai dit. Elle est le remède à nos blessures. Si notre humilité est vraie, le chirurgien, qui est Dieu, viendra nous guérir, même s’il tarde un peu.” (3D 2,6).

 Thérèse veut nous enseigner la manière dont procède le Seigneur pour que nous nous connaissions en vérité et non en imagination. Les personnes qui ont atteint ces demeures ne sont pas encore maîtres de leurs passions. Elles marchent lentement sur le sentier de la vie, et se laissent envahir par les peurs, les précautions… Sainte Thérèse veut prévenir ceux qui raisonnent et contrôlent tout risque de danger : le retour en arrière serait facile, il nous faut oublier tous nos arrangements et nous lancer dans une confiance totale au Seigneur. Ainsi pourrons-nous lui prouver notre amour : l’humilité et l’obéissance donnent des ailes.

“Ces personnes organisent leurs « pénitences aussi bien que leur vie. Elles tiennent beaucoup à la vie, pour la mettre au service de notre Seigneur. Et tout cela n’est pas mauvais. Aussi, elles font pénitence, mais sans exagérer, pour que leur santé n’en souffre pas. N’ayez pas peur qu’elles se tuent, leur raison garde le contrôle. L’amour n’est pas encore assez fort pour leur faire perdre la tête. Mais je voudrais que notre raison nous pousse à ne pas nous contenter de servir Dieu ainsi, toujours à petits pas, car nous n’arriverons jamais au bout du chemin. Il nous semble que nous marchons toujours et nous nous fatiguons. C’est un chemin difficile, croyez-moi, ce sera déjà bien de ne pas nous perdre. ….(3D 2,7)
Comme nous avançons en réfléchissant trop, tout nous semble un obstacle, nous avons peur de tout. Nous n’osons pas aller de l’avant. Nous agissons comme si d’autres pouvaient faire le chemin à notre place, pour que nous entrions dans ces demeures. Mais cela n’est pas possible ! Alors soyons courageuses, mes sœurs, par amour pour le Seigneur. Remettons notre raison et nos peurs entre ses mains. Oublions notre faiblesse naturelle, qui occupe si souvent notre esprit. ”(3D 2,8)

 Prière

Ô mon espérance et mon Père !
ô mon Créateur, mon véritable Seigneur et mon Frère !
Quand je songe que vous avez dit que vos délices,
c’est d’être avec les enfants des hommes,ChristenGloire
mon âme est en pleine allégresse.

Ô Seigneur du ciel et de la terre,
quelles paroles est-ce donc là
pour qu’aucun pécheur ne puisse désespérer !
Serait-ce que, par hasard, Seigneur,
Vous ne trouviez personne d’autre
en qui vous puissiez prendre
vos délices…

La voix qui se fit entendre
lors du baptême disait que

Vous mettiez vos délices
en votre Fils.

Serions-nous tous égaux, Seigneur ?
Ô miséricorde infinie que cette faveur-là,
alors que nous sommes par nous-mêmes
tellement incapables de la mériter !
et tout cela, nous, les mortels, nous l’oublions !
Vous, ô mon Dieu, souvenez-Vous de notre grande misère ; considérez notre faiblesse puisque vous la connaissez bien.

Exclamation VII.

Parole pour aujourd’hui

TA2Prends du temps pour réfléchir, relire ta vie, intercéder, rendre grâce, contempler…

Thérèse de Jésus montre que cette étape est celle du désir…

Si tu veux aller plus avant, peut être te faut-il laisser Dieu et les autres, rompre tes plans et tes sécurités.

Prie avec Thérèse : Que pouvons-nous faire pour un Dieu si généreux? Même si nous ne parvenons pas à mettre en œuvre, nous pouvons nous efforcer à faire preuve de bonne volonté en offrant notre vie au Seigneur.

Médite le Notre Père

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Le livre des Demeures, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *