Le désir du ciel

Le Livre des Fondations

Editorial

Au delà de ses filles, Sainte Thérèse ne cesse pas de nous stimuler dans notre marche à la suite du Christ. “ Mes filles, nous devons nous efforcer d’être de vraies carmélites, car ce voyage sera bientôt fini. (Fond. 16/5) Plaise à Notre Seigneur, que nous vivions en vraies Filles de la Vierge, et que nous gardions nos vœux afin que Notre Seigneur nous accorde les grâces qu’Il nous a promises. (Fond. 16/7) Si nous avançons avec humilité, nous parviendrons, moyennant la grâce de Dieu, à cette Jérusalem céleste, où tout ce que nous aurons souffert nous paraîtra peu de chose, ou plutôt ne nous paraîtra rien, auprès de biens dont nous jouirons. (Fond.4/4) ”

 

Quel style de vie, quels moyens employer pour parvenir au but ?

“En vérité, j’ai vu plus de spiritualité et même de joie intérieure quand il semble que les corps ont à peine l’essentiel qu’il n’y en a lorsqu’ils sont à l’aise dans une grande maison. Pour vaste qu’elle soit, qu’en tirons-nous ? Nous n’occupons qu’une cellule ; qu’elle soit très vaste et bien ornée, que nous importe ? Nous n’y passons pas notre temps à regarder les murs. Considérons que nous n’habiterons pas toujours cette maison-là, notre séjour y sera aussi bref que notre vie, si longue soit-elle, et tout nous sera doux en songeant que moins nous posséderons ici-bas, plus nous jouirons dans l’éternité des demeures faites à l’image de notre amour pour notre bon Jésus, notre modèle. Puisque nous admettons que tels sont les principes de rénovations de la Règle de la Vierge, Sa Mère, notre Dame et Patronne, ne Lui faisons pas l’injure, ainsi qu’à nos saints Pères fondateurs, de ne pas les imiter. Notre faiblesse peut nous empêcher de la suivre en tout, mais nous devons être sur nos gardes pour tout ce qui n’importe guère pour le maintien de la vie ; tout cela n’exige qu’un petit et délectable effort, celui qu’accomplissaient ces deux Pères ; la difficulté finit où commence notre décision de la vaincre, il n’en coûte un petit peu de peine qu’au début. ” (Fond.14/5)

 

“Nous ne sommes pas seules, nous avons des protecteurs au ciel.”

“Pour l’amour de Notre Seigneur je vous demande de vous rappeler que tout passe, la grâce que nous a faite Notre Seigneur en nous amenant dans cet ordre, et le châtiment que subirait quiconque introduirait un relâchement ; gardez les yeux fixés sur nos origines, la caste de ces saints prophètes, … ayons la sainte présomption, avec la faveur de Dieu, de leur ressembler, … la bataille sera brève, mes sœurs, son but est éternel. (Fond. 29/33)

 

Après avoir prodigué des conseils aux religieuses de son ordre, Sainte Thérèse s’adresse aux différentes générations.

“O Seigneur ! Quelle faveur vous faites à ceux à qui vous donnez des parents si véritablement aimants qu’ils placent les biens et majorats de leurs enfants dans cette béatitude qui n’aura pas de fin. … (F10/9) O Fils du Père éternel, Jésus-Christ, Notre Seigneur, vrai Roi de toutes choses ! Que nous avez-vous laissé en héritage à nous, vos descendants ? … Si nous voulons, Mon Dieu, être vos vrais enfants et ne pas renoncer à notre héritage, il ne nous convient pas de fuir la souffrance … si nous voulons hériter son royaume, ce n’est pas dans le repos, les plaisirs, les honneurs, les richesses que nous gagnerons ce qu’Il a acheté par tant de sang … (F10/11) Dona Casilda de Padilla considérait qu’avant ses fiançailles elle disposait d’un peu de temps pour l’oraison : dans sa bonté et sa sainteté, sa mère avait accoutumé ses enfants à entrer de temps en temps dans un oratoire, elle leur avait appris à considérer la Passion de Notre Seigneur, et les poussait à de fréquentes confessions ; c’est ainsi que s’accomplit son désir de voir ses enfants se donner à Dieu … ” (Fond.11/8)

Au fil de ses conseils pour atteindre la sainteté, Thérèse donne une place importante à l’obéissance.

“L’expérience m’a montré, et je ne parle pas de tout ce que j’ai lu, combien il est bon qu’une âme ne s’écarte pas de l’obéissance … Sa Majesté, dans sa bonté, m’a révélé le trésor qu’enferme cette précieuse vertu d’obéissance et, malgré ma faiblesse, je me suis efforcée, bien qu’imparfaitement, d’y atteindre …  (Fond. prol.1)  O charité de ceux qui aiment véritablement le Seigneur, et Le connaissent ! Ils ne se reposeront guère, s’ils voient qu’il dépend moindrement d’eux d’aider une seule âme à progresser et a aimer Dieu davantage, de la consoler, ou de l’écarter d’un danger ! Ils se reposeront mal, s’ils se reposent seuls ! Quand ils ne peuvent agir par des actes, ils agiront par des prières, ils importuneront le Seigneur pour les nombreuses âmes qu’ils souffrent de voir se perdre. Ils perdent leurs délices, et les tiennent pour heureusement perdues, car ils oublient leur propre contentement pour ne songer qu’à faire la volonté du Seigneur, comme il sied à l’obéissance. Il ferait beau voir que Dieu nous commandât clairement d’agir pour son service et que nous nous y refusions sous prétexte que nous préférons passer notre temps à Le regarder ! Bel avancement dans l’amour de Dieu que de Lui lier les mains parce qu’il nous semble que nous ne progresserons que par une seule voie ! ” (Fond.5/5)

 

“La Madre ” nous invite à nous confier à Dieu et à toujours Le contenter. Il nous gardera jusque dans la mort.

“Voyez, voyez mes filles, la main de Dieu … quoi que vous considériez, vous comprendrez que c’est Son œuvre. Nous ne devons l’affaiblir en rien, cela dût-il nous coûter la vie, l’honneur et le repos, d’autant plus que nous avons ici tout cela à la fois ; car la vie, c’est vivre de telle sorte qu’on ne craigne ni la mort ni tous les évènements de la vie, dans cette joie de tous les jours qui est la vôtre, et dans cette prospérité, la plus grande de toutes, qui non seulement ne craint pas la pauvreté mais la désire … Si vous demandez toujours à Dieu de se charger de tout, sans jamais vous fier à vous-mêmes, Il ne vous refusera pas Sa miséricorde … ne craignez point de manquer de quoi que ce soit … ” (Fond. 27/12)

(Traduction de Marcelle Auclair)

 

Prière

Tu es, Seigneur, le lot de mon cœur Tu es christmon héritage ;
En Toi, Seigneur, j’ai mis mon bonheur, Toi, mon seul partage

Je pense à Toi, le jour, la nuit, O Seigneur !
Et c’est Ta main qui me conduit, O Seigneur !

Préserve-moi de tout faux pas, O Seigneur !
Mon cœur ne veut servir que Toi,O Seigneur !

Sur Toi les yeux toujours fixés, O Seigneur !
Je chante et marche en sûreté, O Seigneur !

Devant Ta face il n’est que joie, O Seigneur !
Joie débordante auprès de Toi, O Seigneur !

 

 

Parole pour aujourd’hui

0 avila murs“Si vous demandez toujours à Dieu de se charger de tout, sans jamais vous fier à vous-mêmes, Il ne vous refusera pas Sa miséricorde si vous avez confiance en Lui. ” (Fond.27/12)

Quelle est ma confiance en Dieu, en Son amour pour chacun de nous ?

 

 

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Les Fondations, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *