Edith Stein-La croix dans la lumière de la Résurrection n°6

                      Editorial

Edith Stein, juive, philosophe, toujours en quête de vérité, découvre « la lumière du Christ, dans le bois de la Croix ».
En 1917, un ami philosophe, juif récemment converti au Christianisme avec sa femme, meurt au champ de bataille. Edith   appréhende de trouver son épouse désespérée par cette épreuve,  et elle est bouleversée par la paix, l’espérance, qui habitent cette veuve, au cœur de la douleur.

«  Ce fut ma première rencontre avec la Croix, avec la force divine qu’elle donne à ceux qui la portent. Je vis pour la première fois l’Eglise née de la souffrance rédemptrice du Christ, dans sa victoire sur l’aiguillon de la mort, visible devant moi. Ce fut l’instant où mon incroyance s’effondra, où mon judaïsme pâlit et le Christ étincela, le Christ dans la lumière de la Croix ».

Expérience déterminante dans la vie d’Edith ; Elle a trouvé dans la Croix la clé de voûte  du sens de son existence. Le Christ va devenir le centre de sa vie.
En 1933, à sa prise d’habit au Carmel de Cologne, elle reçoit le nom qu’elle a demandé : Sœur Thérèse Bénédicte de la  Croix

«… j’avais apporté avec moi ce nom. Sous la Croix je compris le destin du peuple de Dieu qui s’annonçait déjà. Je pensais que ceux qui comprenaient que c’était la Croix du Christ devaient la prendre sur eux au nom de tous. Certes je sais davantage qu’alors ce que signifient les noces avec le Seigneur sous le signe de la Croix. On ne le comprendra véritablement jamais, parce que c’est un mystère ».

De famille juive, elle partage le sort de son peuple persécuté ;  elle lui donne sens dans la Croix du Christ Jésus. Toute sa vie est marquée par la folie de la croix qui débouche sur la Résurrection.  Le mystère de la Croix, dont elle porte le nom, l’enracine dans le mystère pascal, elle l’approfondit sans cesse, cela devient le thème central de ses écrits au Carmel. Pour elle, le bois de la croix est toujours illuminé par la lumière du Ressuscité.

Elle ne sépare jamais la suite du Crucifié de la louange du Ressuscité :

« Lui qui s’est levé de la mort vers la vie,
Il a su m’éveiller du sommeil de la mort
à une vie nouvelle.
Vie nouvelle qu’Il me donne chaque jour
et dont la plénitude doit un jour m’inonder,
Vie de ta propre vie, c’est toi en vérité
Saint Esprit, vie éternelle ! »
(Malgré la nuit 
page 123)

« Dans la nuit du péché, c’est l’étoile de Bethléem qui luit ; c’est l’ombre de la Croix qui tombe sur la clarté de la crèche. La lumière s’éteint dans l’obscurité du Vendredi Saint, mais remonte plus éclatante, soleil de grâce, au matin de la Résurrection…
C’est à travers les souffrances et la Croix que le Fils de l’Homme fut élevé à la gloire de la Résurrection ; traverser la souffrance et la mort avec le Fils de l’Homme, pour atteindre la gloire de la Résurrection, c’est le chemin ouvert à chacun de nous, à  l’humanité entière »  (Le Mystère de Noël , p. 52)

« Le Christ est la force de Dieu et la Sagesse de Dieu, non seulement parce que Envoyé de Dieu, Fils de Dieu et Dieu lui-même, mais parce que crucifié. La mort sur la Croix est en effet le moyen de Rédemption qu’a inventé la Sagesse insondable de Dieu »
( Science de la Croix »
p.16)

    «  La foi en ce que le Christ est mort pour nous afin de nous donner la vie, c’est cette foi qui nous permet de devenir un avec Lui, comme les membres avec la tête, et qui ouvre nos âmes à l’effusion de sa vie, aussi, la foi au crucifié – la foi vivante qui s’accompagne du sacrifice d’amour – est-elle pour nous, l’entrée dans la vie et le commencement de la gloire à venir »    (La Science de la Croix p. 17)

  « Néanmoins la Croix ne constitue pas un but. Elle emporte nos âmes vers les hauteurs nous les fait voir. Cependant, elle n’est pas seulement un signe, elle est l’arme puissante du Christ […] celle dont Il frappe avec force la porte du Ciel tellement, qu’Il nous l’ouvre. Alors les flots de lumière divine jaillissent au dehors et enveloppent tous ceux qui montent à la suite du Crucifié. »    (La  Science de la Croix p.18)

  « La croix et la nuit sont le chemin qui conduit à la lumière du ciel. Tel est le joyeux message de la croix »   (La Science de la Croix p.31)

   « Les bras du Crucifié sont grands ouverts pour t’attirer contre son cœur, Il réclame ta vie pour te donner la sienne. Ave Crux Spes  Unica… La croix est le chemin de la terre au ciel. Celui qui l’embrasse avec foi, avec amour et avec espérance est emporté par elle dans le sein du Dieu  un et trine. »   (« Ave Crux  Spes Unica »  dans Source Cachée p 239)

« Il ouvre les écluses de la miséricorde du Père à tous ceux qui ont le courage d’embrasser la Croix et Celui qui y est attaché […]   l’union nuptiale avec Dieu, pour laquelle l’âme a été créée, est achetée par la croix, consommée sur la croix et scellée pour l’éternité de la croix ». (La science de la Croix p. 305)

« …perfection personnelle, union à Dieu et action en vue d’unir les autres à Dieu sont inséparablement unies. Mais c’est toujours la Croix qui nous y introduit. Cependant la prédication de la croix serait vaine si elle n’était l’expression d’une vie d’union avec le divin crucifié ».  (La Science de la Croix  p. 318)

«  C’est une vocation que de vouloir partager la souffrance du Christ et de coopérer par là, à son œuvre rédemptrice. Liés au Seigneur, nous sommes les membres du corps mystique du Christ ; le Christ continue à vivre dans ses membres et à souffrir en eux. Et cette souffrance endurée en union avec le Seigneur est sa souffrance, inscrite dans la grande œuvre de Rédemption où elle porte du fruit » (Lettre du 26 décembre 1932)

« Le Christ, le Ressuscité, le Roi de Lumière est l’archétype de l’humanité, la forme finale à laquelle est ordonné tout être humain et qui lui donne son sens »
(
Etre fini et Etre éternel  p.573)

Résonnance dans ma vie.

Edith veut marcher à la suite du Christ, dans le Crucifié elle voit le Rédempteur qui donne force et courage. Elle nous invite à contempler le Crucifié et à communier à l’amour sauveur pour tous les hommes.

Elle nous rappelle l’importance de la Croix dans la vie chrétienne, le chemin spirituel du  chrétien est un chemin pascal, elle nous propose d’entrer dans «  la science de la croix »,- la science de l’amour – la croix est pour elle le lieu de l’union intime avec Dieu, si nous consentons à la mort du vieil homme !

Prière  (extraits du poème « Signum Crucis »)   

Celui qui est devenu homme à cause des hommes,
A offert la plénitude de sa vie d’homme aux âmes qu’Il a choisies.(…)
Il s’est lié à chacun des élus,
Dune façon particulière, profondément mystérieuse.   
Et, de la plénitude de Sa vie d’homme,
Il offre la Croix…
Regarde en haut  vers la Croix :
Elle étend ses poutres,
Comme quelqu’un qui ouvre ses bras,
Comme s’Il voulait embrasser le monde entier :
Venez vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau…
Du sol, elle s’élève jusqu’au ciel
Et aimerait tous les emporter là-haut.
Embrasse seulement la Croix, ainsi Tu le possèdes,
Lui qui est vérité chemin et vie.
Si Tu portes Ta Croix, elle-même Te porte
Et devient pour Toi béatitude.
( Signum Crucis 16.XI.37 )

 

Ce contenu a été publié dans Edith Stein. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *