Thérèse et l’eucharistie

Thérèse de l’Enfant-Jésus
et l’Eucharistie

Dès son enfance Thérèse a été irrésistiblement attirée vers l’Eucharistie et consciente de ses exigences, témoin ce qu’elle écrit en se souvenant de la 1e communion de sa sœur Céline.

( A Pauline) – “Un soir je vous entendis dire qu’à partie de la 1e communion il fallait commencer une nouvelle vie. Aussitôt je résolus de ne pas attendre ce jour – là mais de commencer en même temps que Céline…Le jour de sa 1e communion me laissa une impression semblable à celle de la mienne. Je me sentis inondée de joie…Il me semblait que c’était moi qui allais faire ma 1e communion. Je crois que j’ai reçu de grandes grâces ce jour-là et je le considère comme un des plus beaux de ma vie ”. (MA 25 v°)

 

Voici ce qu’elle écrit au sujet de sa propre communion: “Quels ineffables souvenirs ont laissé dans mon âme les plus petits détails de cette journée du ciel !.. . Ah ! qu’il fut doux le premier baiser de Jésus à mon âme !…Ce fut un baiser d’amour, je me sentais aimée et je disais aussi « je vous aime, je me donne à vous pour toujours ». Depuis longtemps Jésus et la pauvre petite Thérèse s’étaient regardés et compris…Ce jour-là, ce n’est plus un regard mais une fusion. Ils n’étaient plus deux : Thérèse avait disparu comme la goutte d’eau qui se perd au sein de l’océan ; Jésus restait seul, Il était le Maître, le Roi… ” (MA 35r°)

“ Le lendemain fut encore un beau jour mais empreint de mélancolie ; il n’y avait que Jésus qui pût me contenter, j’aspirais après le moment où je pourrais le recevoir une seconde fois.. .Quel doux souvenir j’ai gardé de cette seconde visite de Jésus ! ( jour de l’Ascension )…Je me répétais sans cesse ces paroles de saint Paul : « ce n’est plus moi qui vis, c’est Jésus qui vit en moi ». Depuis cette communion, mon désir de recevoir le bon Jésus devint de plus en plus grand…J’obtins la permission de le faire à toutes les principales fêtes ”. (MA 36r°)

 

C’est aussi à la suite d’une communion qu’elle reçut à Noël 1886 sa grâce de “ conversion ”.
“Je reçus la grâce de sortir de l’enfance, en un mot la grâce de ma complète conversion. Nous revenions de la messe de minuit où j’avais eu le bonheur de recevoir le Dieu fort et puissant. En un instant l’ouvrage que je n’avais pu faire en 10 ans, Jésus le fit, se contentant de ma bonne volonté qui jamais ne me fit défaut…Je sentis la charité entrer dans mon cœur, le besoin de m’oublier pour faire plaisir, et depuis je suis heureuse ”. (MA 45v°)

 

Toute sa vie elle a été habitée par le désir de la communion fréquente-ce qui n’était pas admis de son temps.
“Je vous demande de venir prendre possession de mon âme…Ah ! je ne puis recevoir la sainte communion aussi souvent que je le désire mais, Seigneur, n’êtes-vous pas le Tout-Puissant ? Restez en moi comme au tabernacle ; ne vous éloignez jamais de votre petite hostie ” Acte d’offrande

 

La vie eucharistique de Thérèse a été essentiellement une vie de foi. En témoigne ce qu’elle écrit de son action de grâce :

“ Je ne puis pas dire que j’ai souvent reçu des consolations pendant mes actions de grâce : c’est peut-être le moment où j’en ai le moins…Je trouve cela tout naturel puisque je me suis offerte à Jésus, non comme une personne qui désire recevoir sa visite pour sa consolation mais au contraire pour le plaisir de Celui qui se donne à moi…Tout cela n’empêche pas les distractions et le sommeil de venir me visiter…mais au sortir de l’action de grâce, voyant que je l’ai si mal faite, je prends la résolution d’être tout le reste de la journée en action de grâce ”. (Manuscrit A)

 

De même sa prière devant le St Sacrement est toute simple – présence d’amour.

“ Quand je suis près du tabernacle, je ne sais dire qu’une seule chose à Notre-Seigneur : « Mon Dieu vous savez que je vous aime », et je sens que ma prière ne fatigue pas Jésus. Connaissant l’impuissance de sa pauvre petite épouse, Il se contente de sa bonne volonté ” (LT 152)

“ O Jésus, en ce jour tu combles tous mes vœux. Je pourrai désormais, près de l’Eucharistie, M’immoler en silence, attendre en paix les cieux. M’exposant aux rayons de la divine Hostie, A ce foyer d’amour je me consumerai, Et comme un Séraphin, Seigneur je t’aimerai. ” ( PN 21)

 

C’est la Foi qui l’anime également dans l’exercice de son emploi de sacristine.
“J’étais aussi bien heureuse de toucher aux vases sacrés…Je sentais qu’il me fallait être bien fervente et je me rappelais souvent cette parole adressée à un saint diacre : « Soyez saints vous qui touchez les vases du Seigneur». ” (Manuscrit A)

 

C’est cette Foi vivante qui nourrit la haute idée qu’elle se fait du sacerdoce, de la vocation sacerdotale. Le prêtre à ses yeux représente l’idéal d’une très haute sainteté, image liée aux fonctions liturgiques et sacramentelles qu’il exerce.

“ Je vous en supplie mon Révérend Père, demandez pour moi à Jésus, le jour qu’Il daignera pour la pour la première fois descendre du ciel à votre voix, demandez-lui de m’embraser du feu de son Amour, afin que je puisse ensuite vous aider à l’allumer dans les cœurs.. .Depuis longtemps, je désirais connaître un apôtre qui voulût bien prononcer mon nom au saint autel le jour de sa première messe…je vous demanderai encore d’avoir chaque jour au saint autel un souvenir pour moi ”. (Lettre au P. Roulland, LT.189)

 

Prière

O Dieu caché dans la prison du tabernacle, c’est avec bonheur que je reviens près de vous chaque soir, afin de vous remercier des grâces que vous m’avez accordées et d’implorer mon pardon pour les fautes que j’ai commises pendant la journée…Bien loin de me décourager par la vue de mes misères, je viens à Vous avec confiance, me souvenant que ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin du médecin mais les malades. Je vous supplie donc de me guérir, de me pardonner, et moi je me souviendrai Seigneur, que l’âme à laquelle vous avez remis davantage doit aussi vous aimer plus que les autres. Je vous offre tous les battements de mon cœur comme autant d’actes d’amour, je ne veux plus avoir d’autre volonté que la vôtre, et demain , avec le secours de votre grâce, je recommencerai une nouvelle vie dont chaque instant sera un acte d’amour et de réparation. ( Prière 7)

 

Orientation de vie

Comme Thérèse recevons Jésus dans l’Eucharistie pour y puiser force et dynamisme pour notre vie spirituelle et le service des frères. Que notre vie soit Eucharistie , merci ,pour toutes les grâces reçues.

 

 

Ce contenu a été publié dans Écrits de Thérèse de Lisieux, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *